Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 13:33

Afrique Soudan: manifestations devant le QG de l'armée

Des milliers de manifestants soudanais ont maintenu la pression sur les militaires jeudi soir à Khartoum.

Galerie photo

Soudan: les manifestations ont eu raison d'Omar el-Béchir

Soudan: les manifestations ont eu raison d'Omar el-Béchir Le mouvement de contestation qui a éclaté le 19 décembre 2018 au Soudan s'est conclu par la démission du président au pouvoir depuis 30 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers de Soudanais ont manifesté jeudi soir devant le siège de l'armée à Khartoum, à l'appel du mouvement de la contestation qui déplore l'absence d'avancée dans les négociations avec les militaires refusant de céder le pouvoir aux civils.

Brandissant des drapeaux et chantant à l'unisson leur détermination à obtenir un gouvernement civil, les manifestants, surtout des jeunes, ont voulu maintenir la pression pour faire plier l'armée.

«Nous sommes ici pour affirmer notre revendication fondamentale d'un pouvoir civil pendant la période de transition afin de garantir une véritable transition démocratique», a déclaré à l'AFP Mohamed Hassan, un jeune manifestant, alors qu'un chef de la contestation haranguait la foule.

«Les objectifs de notre révolution seront atteints par notre pacifisme et non par la violence», a lancé sur scène et micro en main Wajdi Saleh, membre de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance du soulèvement populaire.

Fermeture du bureau d'Al-Jazeera

Dans ce contexte, la chaîne d'information qatarie Al-Jazeera a annoncé jeudi soir la «fermeture» de son bureau à Khartoum, en précisant, sur son site, avoir été informée que la décision émanait du Conseil militaire de transition au pouvoir. «La décision inclut également le retrait des permis de travail pour les correspondants et le personnel du réseau d'Al-Jazeera à compter de maintenant» jeudi soir, a ajouté la chaîne qui diffuse régulièrement des images des manifestations dans le pays.

Depuis le 6 avril, des milliers de manifestants campent devant le siège de l'armée à Khartoum. Après avoir demandé le soutien des militaires contre le président Omar el-Béchir, ils réclament désormais le départ des généraux qui ont pris le pouvoir après avoir évincé le chef de l'Etat le 11 avril.

La manifestation de jeudi intervient au lendemain de deux journées de «grève générale», observée dans divers secteurs d'activité à travers le pays. L'ALC avait appelé mercredi soir à un grand rassemblement appelé «la marche d'un million» pour faire pression sur l'armée.

Plus tôt jeudi, des centaines de femmes avaient été les premières à participer à la mobilisation. Lors d'une «marche des femmes», elle se sont dirigées vers le siège de l'armée, bannières à la main et drapeaux soudanais sur les épaules.

«Une vie digne»

De tous âges et venant de divers secteurs d'activité, elles ont scandé les slogans de la révolte : «liberté, paix, justice ! Le pouvoir civil est le choix du peuple!». «La femme soudanaise réclame de nombreux droits dont la justice, l'égalité, la démocratie, un pouvoir civil et une bonne gouvernance», a déclaré à l'AFP Hoyam al-Taj, une journaliste trentenaire qui participait à la manifestation, prévue depuis plusieurs jours.

«Nous voulons un Etat civil qui garantisse nos droits en tant que femmes et nous assure une vie digne», a indiqué à l'AFP Nada Hashem, une jeune mère de famille portant une robe et un léger voile coloré.

Les négociations entre le Conseil militaire de transition et l'ALC ont été suspendues le 21 mai faute d'accord. Les deux camps exigent de prendre la direction et d'obtenir la majorité des sièges au sein d'un futur Conseil souverain censé assurer la transition politique pour trois ans.

Le chef du Conseil militaire au pouvoir, Abdel Fattah al-Burhane, s'est rendu jeudi en Arabie saoudite où il doit assister à plusieurs sommets. «De nombreuses rencontres bilatérales avec des dirigeants de pays arabes et musulmans sont prévues», est-il indiqué dans un communiqué du Conseil. (afp/nxp)

Créé: 31.05.2019, 03h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.