Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 00:03

Corée-du-Sud La soupe de nouilles fait sensation à Séoul

La capitale de la Corée-du-Sud connaît un engouement pour la soupe de nouilles nord-coréenne, servie au sommet entre les deux leaders Kim Jong Un et Moon Jae-in.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le noodle bar Nampo Myeonok de Séoul, la propriétaire prévient les clients qu'elle n'a plus de «Pyongyang naengmyeon», la soupe de nouilles nord-coréenne qui a été servie la veille au sommet historique entre les deux Corées.

«Il va vous falloir attendre une quarantaine de minutes» pour que le bouillon soit prêt, dit-elle aux clients patientant dans la file d'attente qui serpente samedi à la porte d'entrée de son restaurant.

Cette soupe de nouilles froide est généralement garnie de légumes et de morceaux de viande. Les nouilles de sarrasin très longues peuvent être coupées au ciseau pour être plus facile à manger.

Le sommet historique des chefs d'Etat nord et sud-coréen vendredi a suscité à Séoul un nouvel engouement pour cette spécialité nord-coréenne qui a figuré à leur menu et est même devenue un étonnant sujet de discussions.

«Plat venu de loin»

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a plaisanté sur ce plat, espérant que le président sur-coréen Moon Jae-in «apprécierait le Pyongyang naengmyeon qui est venu de loin». Puis après un rire: «je ne devrais pas dire loin».

La spécialité avait été préparée à la demande de M. Kim par le chef d'un restaurant réputé de Pyongyang, Okryu-gwan, et, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA, a «beaucoup impressionné les participants».

Cette spécialité est déjà populaire au sud de la péninsule divisée, mais le sommet lui a donné un regain d'intérêt: des milliers de Coréens ont publié des photos du plat sur leur compte Instagram avec les hashtags #summit and #peacenaengmyeon.

«Plus proche des nord-Coréens»

Au noodle bar de Séoul Nampo Myeonok, Kim Tae-hun, bassiste, explique que ce plat lui fait se sentir «plus proche» des Coréens qui vivent de l'autre côté de la frontière qui a partagé le pays en 1953 après trois ans de guerre.

«Je suis venu dans ce restaurant exprès pour manger du Pyongyang naengmyeon. Ce restaurant existe depuis un bon moment et est bon», explique un client, Park Jae-chun. Réconciliation culinaire ne veut pas dire unification, pour lui: «Personnellement je pense que les Corées du Nord et du Sud doivent coexister, plutôt que se réunifier, à condition de vivre en paix et de se reconnaître mutuellement».

Lors du sommet qui a eu lieu vendredi dans la Zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in se sont engagés à préserver la paix et à dénucléariser la péninsule. (afp/nxp)

Créé: 28.04.2018, 11h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.