Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 20:49

Asie Un sous-marin indien explose avec 18 personnes à bord

Une explosion s'est produite dans la nuit de mardi à mercredi à bord d'un sous-marin militaire indien à propulsion diesel-électrique.

On recherche toujours 18 personnes.
Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs marins ont perdu la vie mercredi dans une explosion «probablement accidentelle» dans un sous-marin amarré dans le port de Bombay. Au total, 18 hommes étaient à bord du submersible conçu en Russie. Le chef de la marine indienne a dit avoir peu d’espoir de retrouver des survivants.

Une explosion et un incendie ont eu lieu en début de journée. Des photos diffusées sur les réseaux sociaux montrent une grande boule de feu au-dessus du quai auquel est amarré ce sous-marin de propulsion diesel-électrique.

L’explosion survenue à bord des l’INS «Sindhurakshak» est probablement accidentelle, a poursuivi ce porte-parole. Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause de ce drame.

Mais selon une source militaro-diplomatique russe, un acte terroriste n’est pas impossible. «Il n’est pas exclu que quelqu’un ait décidé de gâcher la fête nationale en Inde, le 15 août», a déclaré cette source citée par l’agence Interfax.

Trappe principale

Le chef de la marine indienne, l’amiral D.K. Joshi, a déclaré que des plongeurs avaient réussi à ouvrir la principale trappe d’accès du Sindhurakshak et tentaient de se frayer une entrée à bord du submersible.

«Même si nous ne perdons pas espoir, nous sommes préparés au pire (...) Il a une probabilité, aussi faible soit-elle, qu’il y ait une poche d’air (...) et que quelqu’un ait pu se saisir d’un appareil respiratoire», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Le bâtiment opère avec un équipage de 53 personnes et peut naviguer sans assistance et sans arrêt pendant 45 jours, selon le site Internet de la Marine indienne. «Torpilles et missiles»

Selon un autre porte-parole, PVS Satish, le sous-marin était opérationnel et avait à son bord «des torpilles et des missiles». «C’est une perte immense», a-t-il estimé. «Je suis triste (...) pour les personnels de la marine qui ont perdu la vie au service de leur pays», a déclaré le ministre de la Défense, A.K. Antony.

Sous-marin «opérationnel»

Le «Sindhurakshak» a été modernisé en 2012 sur un chantier naval de Russie. Le sous-marin était «opérationnel», a indiqué un porte-parole de la société russe Zviezdotchka qui a procédé aux travaux de réparation.

«Les ingénieurs des chantiers navals avaient réglé tous les problèmes», a-t-il déclaré à l’agence Ria Novosti, ajoutant que «quelques observations» avaient été faites lors d’une inspection effectuée par des experts au port de Severodvinsk, dans la mer de Barents.

«Au moment de la signature de l’acte de remise à la partie indienne, aucune réclamation n’a été faite», a-t-il souligné.

Pas de sortie de secours

L’INS Sindhurakshak avait été vendu par la Russie en 1997. Il est dépourvu des équipements les plus modernes que l’on trouve sur les bâtiments d’aujourd’hui. Il n’a par exemple pas de sortie de secours en cas d’accident, à la différence des sous-marins les plus modernes.

«Le principal problème pour les sous-marins en Inde est la perte rapide de leurs capacités. Je crois que sur 14 sous-marins à propulsion diesel-électrique, 12 seulement sont opérationnels», expliqué Rahul Bedi, expert en matière de défense pour la revue spécialisée «Jane’s».

Revers majeur

Pour C. Uday Bhaskar, ancien officier de la Marine indienne et ex-directeur de la Fondation maritime nationale, il s’agit d’un revers majeur. «Pour tous les sous-mariniers, c’est l’une des pires choses qui puisse se produire», a-t-il dit à la télévision NDTV.

En février 2010, un incendie avait éclaté à bord du même sous-marin, alors qu’il était à quai à Visakhapatnam (Etat d’Andhra Pradesh, sud), tuant un marin.

Il y a quelques jours, le gouvernement a annoncé le lancement du premier porte-avions conçu et construit en Inde, et le début des essais pour le premier sous-marin nucléaire du pays.

New Delhi investit des milliards de dollars dans la modernisation de son équipement militaire, dont une large partie date de l’époque de l’Union soviétique. Le chantier naval de Bombay date de l’époque coloniale et emploie quelque 10’000 personnes. (afp/ ats/nxp)

Créé: 14.08.2013, 18h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.