Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 07:21

Internet Le Sri Lanka bloque les réseaux sociaux

Des violences antimusulmanes ont éclaté dans plusieurs villes du Sri Lanka en réaction à un commentaire posté sur Facebook par un commerçant musulman.

Les tensions restent encore vives entre les communautés au Sri Lanka.

Les tensions restent encore vives entre les communautés au Sri Lanka. Image: Keystone

Galerie photo

Sri Lanka: attentats suicides contre des églises

Sri Lanka: attentats suicides contre des églises Les attentats suicides du dimanche de Pâques au Sri Lanka ont fait 253 morts. L'un des premiers bilans avançait le chiffre de 310 personnes décédées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Sri Lanka a bloqué lundi l'accès de Facebook, WhatsApp et plusieurs autres réseaux sociaux à la suite d'émeutes antimusulmanes dans plusieurs villes, quelques semaines après les attentats de Pâques qui avaient notamment visé des églises.

Des groupes chrétiens ont attaqué dimanche des magasins tenus par des musulmans dans la ville de Chilaw, dans le nord-ouest, en réaction à un commentaire posté sur Facebook par un commerçant, a précisé la police.

Les forces de sécurité ont tiré en l'air pour disperser la foule, mais d'autres villes ont été le théâtre d'actes de violence visant des musulmans. L'île est sous tension depuis le carnage du 21 avril, quand 258 personnes ont péri dans des attaques qui ont visé trois églises et trois hôtels.

Commerces mis à sac

La police a précisé que le couvre-feu qui avait été imposé à Chilaw et dans les alentours avait été levé lundi. Mais les réseaux sociaux ont été bloqués afin d'empêcher qu'ils soient utilisés pour attiser les tensions.

«Ne riez plus, 1 jour vous allez pleurer», avait écrit sur Facebook un commerçant musulman. Des chrétiens de la région ont vu dans ce post un avertissement sur l'imminence d'une nouvelle attaque.

La foule a mis son commerce à sac, entraînant l'intervention des forces de l'ordre, et la mise en place d'un couvre-feu dimanche après-midi.

Un gang de motards a attaqué des magasins dans la localité de Kuliyapitiya, où quatre personnes ont été arrêtées, selon les autorités. Des dizaines de personnes ont ensuite assiégé le poste de police où les quatre étaient détenus, entraînant leur libération. En dépit du couvre-feu, une mosquée a été vandalisée.

Il y avait déjà eu des affrontements entre chrétiens et musulmans à Negombo, ville au nord de Colombo qui avait été une cible des attaques de Pâques.

Appel au calme

Le principal organisme rassemblant le clergé islamique, All Ceylon Jamiyyathul Ulama (ACJU), a déploré une suspicion accrue à l'égard des musulmans depuis les attentats suicide.

«Nous appelons les membres de la communauté musulmane à la patience et à éviter de poster des choses qui ne soient pas nécessaires sur les réseaux sociaux», a déclaré l'ACJU.

Des fournisseurs d'accès internet ont dit avoir reçu l'ordre du régulateur des télécoms de bloquer les accès à Facebook, WhatsApp ou encore Instagram.

Cette flambée de violence s'est produite alors que les églises de l'île ont pu de nouveau dimanche célébrer la messe, pour la première fois depuis les attentats. Les musulmans représentent 10% de la population du Sri Lanka, un pays à majorité bouddhiste. Les chrétiens sont de l'ordre de 7%. (afp/nxp)

Créé: 13.05.2019, 10h01


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.