Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:51

Etats-Unis Stan Lee poursuivi pour agression sexuelle

Le célèbre créateur américain, créateur des super-héros Marvel, est accusé d'attouchements inappropriés par une masseuse.

Stan Lee se serait caressé devant une masseuse en 2017. (Mardi 24 avril 2018)

Stan Lee se serait caressé devant une masseuse en 2017. (Mardi 24 avril 2018)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une masseuse a porté plainte pour agression sexuelle contre le célèbre Stan Lee, créateur d'une foison de super-héros Marvel, l'accusant notamment d'attouchements inappropriés lors de faits qui se seraient produits l'année dernière à Chicago.

L'avocat dément

Dans sa plainte déposée lundi, Maria Carballo accuse le scénariste et éditeur de 95 ans de s'être caressé devant elle et de l'avoir touchée avec ses parties génitales.

Selon le texte, les faits remontent à avril 2017, quand le créateur de Spider-Man et des Avengers, entre autres, s'est rendu à Chicago pour une convention de comic-books.

Une version démentie par l'avocat de Stan Lee. «C'est une personnalité connue et je pense que c'est de l'extorsion», a déclaré Jonathan Freund au Chicago Tribune.

«Il a 95 ans, je ne pense pas qu'il ferait ça», a-t-il ajouté.

Caresses et attouchements

Maria Carballo affirme dans sa plainte avoir été envoyée à deux reprises dans la suite de Stan Lee. Durant le premier massage, ce dernier se serait caressé devant elle. Elle aurait alors mis fin au massage et serait partie.

Stan Lee se serait alors excusé, via l'employeur de la masseuse. Elle serait ensuite revenue pour un second rendez-vous, au cours duquel elle aurait utilisé ses pieds pour le masser.

Le scénariste aurait alors placé le pied de la masseuse sur ses parties génitales, avant qu'elle ne mette fin encore une fois au rendez-vous.

«Moi aussi»

«Après avoir vu d'autres femmes se battre pour être traitées avec dignité et respect, j'ai décidé: moi aussi», a-t-elle expliqué dans un communiqué en référence au mouvement #MeToo, apparu dans la foulée des révélations sur le producteur déchu d'Hollywood, Harvey Weinstein.

Maria Carballo demande au moins 50.000 dollars de dommages et intérêts. (afp/nxp)

Créé: 24.04.2018, 22h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.