Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:06

Corée du Sud Une star de la K-pop condamnée pour viol

Le chanteur sud-coréen Jung Joon-young a été condamné à six ans de prison pour viol en réunion.

Jung Joon-young.

Jung Joon-young.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une star de la K-pop sud-coréenne, Jung Joon-young, a été condamnée vendredi à six ans d'emprisonnement pour viol en réunion et pour avoir partagé des vidéos sexuelles tournées à l'insu de ses partenaires.

Jung Joon-young et Choi Jong-hoon, ce dernier ancien membre du boys band FT Island, ont été reconnus coupables de viol en réunion de deux femmes, à deux reprises en 2016.

Jung Joon-young dans un clip vidéo

Jung, 30 ans, a également été condamné pour avoir tourné, à l'insu de ses partenaires, des vidéos de ses rapports sexuels.

La star avait ensuite partagé onze fois ses images, sans le consentement de ces femmes, via des forums de discussions.

Un des destinataires de ces vidéos était la méga star de la K-pop Seungri.

Ce chanteur de 28 ans du boys band BIGBANG, l'un des plus grands groupes de K-pop du pays, est par ailleurs accusé de paris illicites à l'étranger.

Seungri est également au centre d'un scandale sexuel portant notamment sur des faits de prostitution.

Jung a été condamné à six ans de prison et Choi, 29 ans à cinq ans, a déclaré le tribunal central de Séoul.

«Objets sexuels»

«Jung et Choi ont pris part à des viols en réunion de victimes qui étaient en état d'ivresse et incapables de résister», selon l'agence sud-coréenne citant le jugement.

Les accusés avaient soutenu que ces rapports étaient consentis.

Les deux chanteurs n'ont vu les victimes que comme des «objets sexuels» à exploiter, selon les termes du verdict.

«Ils doivent avoir une responsabilité sociale proportionnelle à leur renommée et à leur richesse», a-t-il ajouté.

Les deux hommes, qui ont été des stars dans leur pays, ont pleuré à l'énoncé du verdict. Jung était devenu célèbre en 2014 après avoir décroché la troisième place dans un télé-crochet. Il avait ensuite enregistré en solo un grand nombre de tubes.

Quand le scandale des vidéos a éclaté en mars, il avait annoncé qu'il se retirait du monde du spectacle et avait présenté ces excuses «à toutes ses victimes» ainsi qu'à ses fans.

«Molka»

Ce scandale est le plus retentissent du phénomène des vidéos sexuelles illicites, appelé «molka», qui a frappé la Corée du Sud.

Il consiste pour des hommes à installer des caméras espion afin de filmer des femmes à leur insu dans des lieux publics tels que des toilettes ou des cabines d'essayage. Des milliers de femmes ont manifesté plusieurs fois contre la «molka».

Ce verdict intervient après la mort apparemment par suicide de la star de la K-Pop, Goo Hara, victime de «la vengeance porno» d'un ancien petit ami. (afp/nxp)

Créé: 29.11.2019, 11h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.