Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Congo Le sublime selfie avec des gorilles cache une dure réalité

Un improbable et magnifique selfie avec deux gorilles debout est devenu viral. Mais ces animaux et leur parc ont un passé tourmenté.

Image: Facebook/The Elite AntiPoaching Units And Combat Trackers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Publiée jeudi sur Facebook, la sublime et étonnante image est rapidement devenue virale. Il s’agit d’un selfie d’un ranger congolais. Avec derrière lui deux magnifiques gorilles qui semblent avoir pris la pose debout, l’un d’eux semblant même regarder l‘objectif. La photo est accompagnée d’un laconique et hilarant: «un jour ordinaire au boulot»…

Ce selfie a été pris par Mathieu Shamavu, un ranger du parc national des Virunga, en République Démocratique du Congo (RDC). «Se tenir sur deux pattes est leur manière d’apprendre à être des êtres humains», a expliqué le directeur du parc Innocent Mburanumwe à la BBC. «J’ai été très surpris de voir ça. C’est très drôle. Et très curieux de voir comment un gorille peut imiter un être humain et se tenir debout.»

Deux orphelins

Mais derrière l’image belle et amusante se cache une histoire tourmentée. Celle de ces deux gorilles, d’abord. Ils ont été dénichés en 2017: ils avaient 2 et 4 mois. Leurs parents avaient alors été tués par des braconniers. Recueillis, les petits ont été élevés dans un centre pour gorilles orphelins du parc national, le sanctuaire Senkwekwe. Ils voient aujourd’hui les rangers qui ont pris soin d’eux comme «leurs parents», selon Innocent Mburanumwe.

Les bébés gorilles de montagnes sont traqués par des braconniers qui les vendent comme animaux de compagnie en Asie, précise France Info. Ceux-là n’hésitent pas à tuer les parents pour s’emparer des petits. Un millier de gorilles des montagnes vit dans le parc et sa région. Soit un tiers environ de la population mondiale de ces singes en danger «critique» d’extinction. Pour les rangers, il s’agit donc d’une lutte permanente contre les braconniers.

Groupes armés

Mais ce n’est pas le seul péril qui pèse sur ce parc naturel de quelque 8000 km2 classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Certaines zones sont occupées par des groupes armés qui tentent de mettre la main sur des ressources naturelles très lucratives, relate «Le Parisien». Ils pratiquent avant tout la pêche illicite et le trafic de charbon de bois.

Entre la lutte contre les braconniers et les milices armées, 175 rangers auraient perdu la vie durant la dernière décennie. Mais «Le Parisien» note que l’heure est cependant plutôt à l’optimisme: le parc des Virunga a été sécurisé et a rouvert ses portes à l’écotourisme en février dernier.

Qu’il soit devant ou derrière la caméra, ajoutons que le ranger Mathieu Shamavu a manifestement un don pour la photo. Une autre image, sur laquelle on le voit cajoler un gorille, avait été repérée par le National Geographic. On vous laisse admirer.

(Le Matin)

Créé: 23.04.2019, 14h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.