Samedi 16 novembre 2019 | Dernière mise à jour 22:06

Alimentation Substances cancérigènes dans les Kinder

Une ONG allemande affirme que les barres de chocolat contiennent des huiles minérales potentiellement cancérigènes et demande qu'elles soient retirées de la vente.

Image: dr - photo d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Foodwatch, ONG fondée en 2002 en Allemagne par un ancien directeur international de Greenpeace, Thilo Bode, estime que les barres de chocolat Kinder, tout comme les «Fioretto Nougats Minis» de la marque Lindt, commercialisés en Allemagne, «sont contaminés par ce qu'on appelle les huiles minérales aromatiques (MOAH)». Cette contamination proviendrait, selon l'organisation, des emballages des barres chocolatées.

«Ces dernières peuvent déclencher des cancers et engendrer des perturbations génétiques. Mais malgré cela, les fabricants se refusent à les retirer de la vente», écrit Foodwatch sur son site internet. La Fédération professionnelle de la confiserie allemande (BDSI), dont Ferrero et Lindt sont membres, affirme que «les entreprises du secteur allemand de la confiserie ont beaucoup fait ces dernières années pour réduire la présence de ces substances - avec de bons résultats», selon un communiqué publié sur son site internet.

Dans ses tests réalisés en juillet, Foodwatch affirme avoir sélectionné une liste de 20 friandises et snacks salés. Les barres Kinder et les nougats de Lindt font apparaître les taux les plus importants de MOAH, des «substances décrites comme potentiellement cancérigènes et mutagènes» par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)«, souligne l'ONG.

Selon Foodwatch, les barres chocolatées Kinder font apparaître un taux d'1,2 mg/kg de MOAH et les friandises de Lindt un taux de 0,7 mg/kg alors que d'après cette ONG, cette substance ne devrait pas être présente.

L'entreprise Ferrero, qui produit ces barres, a assuré qu'«une grande variété de produits alimentaires issus de différentes catégories sont concernés» par la présence d'huiles minérales aromatiques (MOAH).

«Des efforts communs sont nécessaires», a jugé la firme dans un communiqué. «Aussi bien de la part de l'ensemble des parties prenantes de l'industrie agroalimentaire que des acteurs du commerce des matières premières en Europe comme à l'international», a-t-elle ajouté.

(afp/nxp)

Créé: 07.07.2016, 17h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.