Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 20:51

France Suisses jugés pour avoir fait entrer des migrants

Deux Suisses et une Italienne passent en jugement ce mardi dans les Alpes françaises pour avoir facilité l'entrée de plus d'une vingtaine d'étrangers en France. Ils encourent jusqu'à 10 ans de prison.

Les Suisses encourent jusqu'à 10 ans de prison, assortis de 750.000 euros d'amende.

Les Suisses encourent jusqu'à 10 ans de prison, assortis de 750.000 euros d'amende. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice française jugera ce mardi deux Suisses et une Italienne pour avoir pris part, dimanche, à l'entrée en France d'une vingtaine de migrants venant d'Italie, a-t-on appris de source judiciaire

Le tribunal correctionnel de Gap, dans les Alpes françaises, les jugera pour avoir «par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée irrégulière en France de plus d'une vingtaine d'étrangers, avec cette circonstance que les faits ont été commis en bande organisée», selon un communiqué du procureur de Gap, Raphaël Balland.

Six personnes, quatre Italiens et deux Suisses, avaient été arrêtées et placées en garde à vue dimanche. Les trois autres, en l'absence de charges suffisantes, sont ressorties sans poursuites.

Ce week-end, entre 80 et 100 membres d'un groupuscule d'extrême droite, Génération identitaire, avaient bloqué le col de l'Echelle, à six kilomètres de la frontière franco-italienne, qu'ils considèrent comme un «point stratégique de passage des clandestins». Leur action s'est déroulée sous la surveillance des forces de l'ordre qui n'ont procédé à aucune interpellation en l'absence de trouble à l'ordre public selon la préfecture, pour laquelle il s'agissait «uniquement» d'une opération de communication.

Peu après, une centaine de militants promigrants, essentiellement français et italiens, ont franchi illégalement la frontière avec des migrants (une vingtaine selon le parquet, 10 de plus pour la préfecture) au col de Montgenèvre, situé à proximité. Empruntant des pistes de ski, ils se sont brièvement heurtés aux forces de l'ordre avant de rejoindre Briançon par la route, encadrés par la gendarmerie. La préfecture précise que certains des migrants ont depuis été reconduits en Italie.

Depuis un an, le département français des Hautes-Alpes connait un afflux de migrants, essentiellement d'Afrique de l'Ouest. En 2017, 1.900 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l'Italie, contre 315 en 2016. En revanche depuis janvier, en raison notamment d'un enneigement exceptionnel, «pratiquement aucun étranger en situation irrégulière n'a tenté de passer la frontière» via le col de l'Échelle, selon la préfecture. (afp/nxp)

Créé: 24.04.2018, 13h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.