Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 07:53

Etat islamique Syrie: «Lafarge n'en avait rien à faire de nous»

Un ingénieur syrien raconte comment le spécialiste mondial du ciment traitait avec les rebelles, puis avec le groupe Etat islamique.

Lafarge n'en a pas fini avec son usine de Jalabiya dans le nord de la Syrie.

Lafarge n'en a pas fini avec son usine de Jalabiya dans le nord de la Syrie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cet ancien ingénieur syrien de Lafarge se fait appeler Ahmed. Avec 10 autres salariés du numéro un mondial du béton, il s'est joint à la plainte déposée par l'association Sherpa. Il raconte dans les colonnes du Parisien comment le groupe a traité avec les rebelles, puis avec le groupe Etat islamique.

Au début de l'insurrection en 2012, l'usine de Jalabiya dans le nord de la Syrie voit l'arrivée de combattants kurdes et de ceux de l'Armée syrienne libre. C'est à ce moment que Bruno Pescheux, le patron de la filiale syrienne, donne la marche à suivre. «Il nous a dit de ne pas nous inquiéter. De toute façon, on n'avait pas le choix sinon on se faisait licencier», raconte Ahmed.

«On a réalisé que tous les employés n'avaient pas la même valeur. Lafarge n'en avait rien à faire de nous», ajoute-t-il, en référence aux expatriés qui sont évacués du pays dès juillet 2012.

Arrivent les djihadistes

A la fin de l'année arrivent les forces djihadistes du Front Al-Nosra, affiliés à Al-Qaïda. Pas de changement dans un premier temps, puisque leur checkpoint continue de laisser passer les employés de Lafarge. «Evidemment la direction payait. De toute façon, pour continuer à faire tourner l'usine, ils ont financé tous les groupes. Cette entreprise a nourri la terreur», accuse Ahmed.

En 2013, l'ingénieur quitte la région et se réfugie dans un pays du Golfe, sans obtenir d'indemnités de Lafarge. Quant aux trente salariés encore présents dans l'usine, ils prennent la fuite en catastrophe le 19 septembre 2014, quelques heures avant l'assaut du groupe Etat islamique.

20'000 dollars par mois

Lafarge a acquis la cimenterie de Jalabiya en 2010 et le groupe l'a exploitée jusqu'à sa prise de contrôle par les djihadistes. Une activité, qui, selon les juges chargés d'instruire le dossier, n'a pu se réaliser sans de coupables compromissions financières avec plusieurs organisations terroristes.

Selon Bruno Pescheux, une somme de 20'000 dollars américains a été versée tous les mois entre 2012 et 2014 à l'Etat islamique. Ces versements étaient présentés dans les comptes comme des «frais de représentation».

Lafarge a-t-il bénéficié de la protection du Quai d'Orsay pour ses activités en Syrie? «Non, je l'affirme catégoriquement, je n'ai jamais demandé à Lafarge de rester en Syrie. Et je n'ai jamais laissé entendre ceci», a souligné Eric Chevallier, le dernier ambassadeur en poste à Damas.

Créé: 04.01.2018, 12h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.