Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 06:24

Iran Téhéran dénonce la «vacuité» de Washington

Le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes a réagi samedi, après de nouvelles sanctions américaines.

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les nouvelles sanctions américaines contre un grand groupe prétrochimique iranien sont la «preuve» de la «vacuité» du discours des Etats-Unis lorsque ceux-ci disent être prêts à discuter avec l'Iran, a déclaré samedi le porte-parole des Affaires étrangères iranien.

«Il n'aura fallu qu'une semaine pour que les affirmations du président américain sur sa volonté de négocier avec l'Iran fassent la preuve de leur vacuité», a déclaré Abbas Moussavi dans un communiqué au lendemain de l'annonce par Washington de sanctions économiques contre la Persian Gulf Petrochemical Industries Company (PGPIC).

Soutien financier

Voyant dans ces sanctions un nouvel exemple de «terrorisme économique» des Etats-Unis vis-à-vis de son pays et de l'«hostilité» de Washington à l'égard de la République islamique, Abbas Moussavi a jugé que la «politique américaine de pression maximale» contre l'Iran était «vouée à l'échec».

Le Trésor américain a annoncé vendredi avoir imposé des sanctions à la PGPIC en raison «du soutien financier» que celle-ci apporterait aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran.

Les nouvelles sanctions visent PGPIC, présentée par Washington comme «la plus grande holding pétrochimique» iranienne et 39 de ses filiales ou agents à l'étranger.

Retrait unilatéral

Le président américain Donald Trump a retiré unilatéralement en mai 2018 son pays de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, ce qui a entraîné le rétablissement de dures sanctions économiques contre l'Iran.

L'accord de Vienne est censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, mais Donald Trump estime qu'il ne fournit pas de garanties suffisantes et veut contraindre Téhéran, via sa politique de «pression maximale», à renégocier un accord plus contraignant.

Téhéran répète que cela est hors de question et a menacé en mai les Etats encore parties à cet accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) de s'en affranchir progressivement si ceux-ci ne l'aident pas à trouver un moyen de contourner les sanctions américains, qui contribuent à asphyxier l'économie iranienne.

L'Iran veut parler aux Etats-Unis

Estimant que les autorités de Téhéran «veulent parler» avec les Etats-Unis, Donald Trump a déclaré jeudi en France que c'était «très bien». «Nous parlerons, mais une chose est sûre: ils ne peuvent pas avoir l'arme nucléaire», avait-il ajouté.

Jusqu'à présent, Téhéran a conditionné tout éventuel dialogue avec les Etats-Unis à la levée des sanctions et au retour des Etats-Unis dans le cadre de l'accord de Vienne. (ats/nxp)

Créé: 08.06.2019, 09h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.