Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 18:59

Japon Tepco pourra redémarrer deux réacteurs nucléaires

L'opérateur énergétique a reçu le feu vert pour relancer en partie l'activité de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, à l'arrêt depuis l'accident de Fukushima.

Le redémarrage des autres réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa prendra des années.

Le redémarrage des autres réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa prendra des années. Image: AFP

Galerie photo

Catastrophe de Fukushima: la chronologie

Catastrophe de Fukushima: la chronologie Plusieurs années après le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon et la centrale nucléaire de Fukushima, retour en images sur la catastrophe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'autorité japonaise de régulation nucléaire a annoncé mercredi avoir donné une autorisation définitive à Tepco pour redémarrer deux de ses réacteurs au Japon, une première pour cet opérateur énergétique depuis la catastrophe de Fukushima, dont il est considéré comme responsable. Cette approbation, intervenant à l'issue de plusieurs semaines d'audiences publiques, vient confirmer un aval préliminaire de la même autorité début octobre.

Elle revient à décréter que les deux réacteurs en question remplissent les nouvelles normes nationales de sûreté nucléaire, renforcées depuis le désastre de la centrale atomique de Fukushima Daiichi (nord-est), qui était opérée par Tepco, le plus grave accident nucléaire au monde depuis Tchernobyl en 1986.

Dotées d'une forte capacité de 1356 mégawatts chacune, les deux tranches concernées par ce feu vert sont situées sur une autre centrale nucléaire de Tepco, à Kashiwazaki-Kariwa dans la préfecture de Niigata (nord-ouest).

Du même type qu'à Fukushima

Ces deux réacteurs à eau bouillante (REB ou BWR en anglais) sont du même type que ceux de Fukushima Daiichi, et c'est aussi la première fois que des réacteurs de cette catégorie sont autorisés à redémarrer dans le pays depuis 2011.

Cependant le redémarrage des tranches 6 et 7 de Kashiwazaki-Kariwa devrait encore prendre des années, car Tepco doit encore obtenir le consentement des autorités locales.

Gouverneur très réservé

Or le gouverneur de la préfecture de Niigata, élu en 2016 pour un mandat de quatre ans, est connu pour avoir des réserves quant au redémarrage de cette centrale nucléaire, la plus puissante du pays et jouxtant la mer du Japon.

Actuellement, seulement 5 réacteurs sont en service au Japon, tous de types à eau pressurisée (REP ou PWR), sur un parc de 54 unités avant la catastrophe de Fukushima.

Quatorze réacteurs bientôt hors service

Celle-ci a été provoquée à l'origine par un puissant séisme sous-marin, suivi d'un tsunami dévastateur ayant coupé l'alimentation du système de refroidissement de la centrale, entraînant la fusion du coeur de trois de ses réacteurs, avec des rejets radioactifs à la clé.

Du fait des nouvelles normes de sécurité gonflant considérablement les coûts pour les relancer, 14 réacteurs nucléaires japonais sont désormais voués à être définitivement mis hors service, après la décision la semaine dernière de l'opérateur Kansai Electric Power de ne pas solliciter la prolongation en 2019 de deux réacteurs vieillissants de sa centrale de Oi, dans la région de Fukui (ouest). (afp/nxp)

Créé: 27.12.2017, 10h44

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.