Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:28

Insécurité alimentaire Un tiers des Haïtiens meurent de faim

Les conséquences de la crise économique se ressentent gravement dans l'assiette des Haïtiens. L'ONU lance un cri d'alarme.

Près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» en Haïti, selon le Programme alimentaire mondial.

Près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» en Haïti, selon le Programme alimentaire mondial. Image: AFP

Galerie photo

Haïti: entre crise politique et humanitaire

Haïti: entre crise politique et humanitaire Le nouveau président haïtien a été élu, le 27 novembre 2016. Jovenel Moïse a appelé à l'unité nationale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus d'un Haïtien sur trois est dans une situation d'insécurité alimentaire «grave», en raison de la crise économique, des troubles sociaux et de la baisse de la production agricole, a averti vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM).

Lors d'un point de presse à Genève, Hervé Verhoosel, porte-parole du PAM, a indiqué que selon une étude menée en octobre sur les 11 millions d'Haïtiens, près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» et parmi eux, plus d'un million sont en situation d'«urgence».

Selon les 5 phases de la classification de la sécurité alimentaire (IPC) utilisée par le PAM, la situation d'«urgence» (phase 4) signifie que les familles doivent faire face à des difficultés extrêmes pour satisfaire leurs besoins alimentaires. La phase 5 est la situation de «famine».

Pire à venir encore

M. Verhoosel a souligné que «la sécurité en Haïti a entravé les efforts du PAM et d'autres organisations humanitaires pour atteindre les personnes dans le besoin au cours des 7 dernières semaines». Selon l'ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans des manifestations organisées dans les principales villes en Haïti pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, un mouvement paralysant les activités économiques du pays.

Le porte-parole de l'agence spécialisée de l'ONU a indiqué que l'insécurité alimentaire avait augmenté de 15% dans les zones rurales depuis la dernière analyse effectuée en décembre 2018.

Il a précisé que les zones les plus touchées étaient le sud du département du Nord-Ouest et les quartiers de Cité Soleil à Port-au-Prince. «Ces deux zones sont classées en »urgence« (phase 4) sur l'échelle de l'IPC», a-t-il dit. «Sans assistance immédiate, la situation devrait se détériorer davantage», a averti M. Verhoosel. «Le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire urgente passera de 3,7 millions à 4,1 millions en mars 2020.» (ats/nxp)

Créé: 08.11.2019, 14h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.