Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 18:10

Allemagne Le torchon brûle entre Berlin et Moscou

L'Allemagne a demandé jeudi à l'ambassadeur russe de s'expliquer au sujet d'une cyberattaque qui a visé en 2015 la chambre des députés et les services de la chancelière allemande Angela Merkel. Et ce n'est pas tout...

Angela Merkel avait elle-même déploré le 13 mai des tentatives «scandaleuses» de piratage russe l'ayant visée en 2015 et assuré disposer de «preuves tangibles» de ces piratages.

Angela Merkel avait elle-même déploré le 13 mai des tentatives «scandaleuses» de piratage russe l'ayant visée en 2015 et assuré disposer de «preuves tangibles» de ces piratages. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Allemagne a demandé jeudi à l'ambassadeur russe de s'expliquer au sujet d'une cyberattaque qui a visé en 2015 la chambre des députés et les services de la chancelière allemande Angela Merkel.

Cette cyberattaque, dont il existe de «fortes indications» qu'elle aurait été menée par un suspect alors membre du service russe de renseignements militaires GRU, pourrait se solder par des sanctions émises par l'Union européenne, prévient le ministère allemand des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'ambassadeur «invité»

Le secrétaire d'Etat allemand aux Affaires étrangères, Miguel Berger, a «invité» l'ambassadeur russe, Sergei Netschajew, pour évoquer cette cyberattaque, menée il y a cinq ans contre le Bundestag et les services d'Angela Merkel.

«Au nom du gouvernement fédéral, il a fermement condamné l'attaque de pirates informatiques contre le Bundestag», ajoute le ministère.

Angela Merkel touchée

Les hackers s'étaient procurés en parallèle de cette cyberattaque, selon des médias allemands, des données personnelles sur une messagerie de la chancelière sur la période allant de 2012 à 2015.

Mme Merkel avait elle-même déploré le 13 mai des tentatives «scandaleuses» de piratage russe l'ayant visée en 2015 et assuré disposer de «preuves tangibles» de ces piratages.

Mandat d'arrêt émis

Un mandat d'arrêt à la demande du parquet fédéral allemand a été récemment émis contre un pirate informatique présumé, Dimitri Badin, également recherché par le FBI (police fédérale américaine), selon l'hebdomadaire Der Spiegel.

Il est notamment soupçonné d'avoir participé au piratage de la campagne démocrate durant l'élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis et d'avoir mené des actions contre l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

L'affaire du meurtre de Tiergarten

Le gouvernement allemand a indiqué qu'il «évalue également cet incident dans le cadre de l'enquête en cours sur l'affaire dite du meurtre de Tiergarten et se réserve expressément le droit de prendre des mesures supplémentaires».

Cette affaire concerne le meurtre à l'été 2019 en plein coeur de Berlin d'un Géorgien d'origine tchétchène. Un suspect, entré en Allemagne avec de faux papiers, est en détention provisoire dans ce dossier. Lui aussi est soupçonné d'avoir été lié aux services russes.

«Régimes fantoches»

Mercredi soir, Mme Merkel a accusé Moscou «de soutenir des régimes fantoches dans certaines parties de l'est de l'Ukraine et d'attaquer les démocraties occidentales, dont l'Allemagne, avec des moyens hybrides».

La relation avec la Russie devrait «occuper», avec d'autres dossiers géopolitiques, la présidence allemande de l'UE à partir du 1er juillet, a prévenu Mme Merkel. (AFP/Le Matin)

Créé: 28.05.2020, 14h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.