Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:34

Mexique Le toréro «El Pana» tétraplégique après une corrida

Les cervicales du célèbre toréro mexicain Rodolfo Rodriguez ont été brisées lors d'une corrida il y a quelques jours.

«El Pana» toréait parfois un cigare dans la bouche.

«El Pana» toréait parfois un cigare dans la bouche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'extravagant toréro mexicain Rodolfo Rodriguez «El Pana», 64 ans, a été diagnostiqué tétraplégique vendredi, cinq jours après avoir été grièvement blessé lors d'une corrida au Mexique.

(Attention, cette vidéo peut choquer)

«La vie du maître reste en danger (...). Sa situation reste critique», a expliqué à la presse Jorge Galvan Zermeno, le médecin qui le soigne à l'hôpital de Torreon, près de Ciudad Lerdo (nord), où «El Pana» a été blessé dimanche.

Ce vétéran des arènes, qui torérait parfois un cigare dans la bouche, était l'une des personnalités les plus excentriques du monde de la corrida.

Un toast pour les prostituées

Lors de sa dernière apparition dans les arènes de Mexico en 2007, il avait porté un toast aux prostitués pour les remercier de lui offrir protection et abri dans ses plus grands moments de solitude.

«El Pana», qui avait été condamné pour proxénétisme, dédiait parfois ses corridas aux toréros n'ayant jamais pu arriver dans les grandes arènes. Il n'hésitait pas non plus à critiquer les toreros les plus renommés du moment.

Cervicales brisées

Le matador a reçu un violent coup de corne en affrontant son deuxième taureau, se brisant les cervicales en retombant lourdement sur le sol. Un peu plus plus tôt dans l'après-midi, il avait déjà été renversé par son premier taureau et avait montré des signes de désorientation après ce choc, selon des témoins.

«Sa grande vocation de matador l'a amené jusqu'à l'extrême, il est resté torero jusqu'au bout», a commenté à l'AFP Gustavo Mares Paredes, journaliste mexicain spécialisé en tauromachie.

«El Pana», diminutif de «Panadero», le boulanger, profession qu'il avait exercée dans le passé de même que celle de fossoyeur, s'était découvert une passion pour la tauromachie à l'âge de 28 ans, et était très vite devenu une figure reconnue dans le milieu. (afp/nxp)

Créé: 07.05.2016, 08h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.