Dimanche 20 octobre 2019 | Dernière mise à jour 16:33

Tribunal de La Haye Le TPIY acquitte un ancien chef de l'armée yougoslave

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a acquitté jeudi en appel l'ancien chef d'état-major de l'armée yougoslave Momcilo Perisic.

A la tête de l'état-major yougoslave de 1993 à 1998, Momcilo Perisic avait été condamné en première instance à 27 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

A la tête de l'état-major yougoslave de 1993 à 1998, Momcilo Perisic avait été condamné en première instance à 27 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien chef d'état-major avait été condamné en première instance à 27 ans de prison pour avoir «aidé et encouragé» l'armée yougoslave à persécuter les musulmans de Bosnie.

Le juge Theodor Meron a en conséquence ordonné lors d'une audience publique à La Haye la «libération immédiate» de Momcilo Perisic, 68 ans. Le militaire était un des principaux collaborateurs de Slobodan Milosevic, l'ancien président yougoslave mort dans sa cellule à La Haye en 2006.

«Nous sommes en train de prendre les dispositions pour sa libération du centre de détention et pour son transfert en avion vers Belgrade», a confirmé l'avocat de Momcilo Perisic, Novak Lukic.

Aucun responsable yougoslave condamné

Cet acquittement signifie qu'aucun haut responsable yougoslave n'a encore été condamné par le TPIY pour des crimes commis en Bosnie lors des conflits qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie au début des années 90.

A la tête de l'état-major yougoslave de 1993 à 1998, Momcilo Perisic avait été condamné en première instance à 27 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Il avait été reconnu coupable d'avoir fourni du personnel militaire, des armes et des munitions, notamment, à l'armée des Serbes de Bosnie (VRS) et la SVK, l'Armée de la Krajina serbe (entité serbe autoproclamée en Croatie). Il savait que ces moyens seraient utilisés pour tuer des civils en Bosnie et en Croatie.

Les juges ont estimé en appel qu'il n'avait pas été prouvé «au-delà de tout doute raisonnable» qu'il avait aidé ces deux milices armées à commettre des crimes, notamment lors des sièges de Sarajevo (10'000 morts) et Zagreb, ou lors du massacre de Srebrenica. Quelque 8000 hommes et garçons musulmans avaient alors été tués en juillet 1995.

«Verdict politique»

L'acquittement de Momcilo Perisic fait suite aux acquittements fin 2012 de responsables croates et kosovars, opposés aux Serbes durant leurs conflits respectifs 1991-1995 pour la Croatie et 1999 pour le Kosovo). Ces acquittements avaient été très mal perçus par Belgrade.

«C'est un verdict politique», s'est indignée à l'issue de l'audience Munira Subasic, présidente de l'association des Mères de Srebrenica. Elevant la voix et manifestant son mécontentement lors de la lecture du jugement, Munira Subasic a été rappelée à l'ordre par des gardiens de sécurité qui lui ont demandé de se calmer.

Momcilo Perisic, qui plaidait non coupable et avait interjeté appel, s'était livré volontairement le 7 mars 2005 au TPIY. Son procès s'était ouvert le 2 octobre 2008. (ats/afp/nxp)

Créé: 28.02.2013, 18h27


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.