Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 14:21

Justice Un tribunal français refuse l'euthanasie passive d'un patient

Un tribunal français s'est prononcé jeudi contre l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles de Vincent Lambert, tétraplégique en état de conscience minimale depuis plusieurs années.

Un tribunal s'oppose contre l'arrêt de l'alimentation et hydratation de Vincent Lambert, dans le coma depuis cinq ans.

Un tribunal s'oppose contre l'arrêt de l'alimentation et hydratation de Vincent Lambert, dans le coma depuis cinq ans. Image: Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le tribunal administratif de Chalons-en-Champagne (est), qui devait trancher le litige concernant le sort de Vincent Lambert, un homme de 38 ans victime d'un accident de la route il y a cinq ans, «a enjoint les médecins de maintenir l'alimentation et l'hydratation», a indiqué l'avocat des parents, Me Jean Paillot. L'épouse du jeune homme avait donné son accord au choix des médecins, mais les parents, des catholiques traditionalistes, ont saisi la justice pour s'y opposer.

Les médecins de l'hôpital de Reims avaient estimé pouvoir légalement interrompre ces soins en vertu d'une loi datant de 2005, qui leur permet d'interrompre ou de ne pas mettre en oeuvre des traitements inutiles ou disproportionnés, dont le seul but serait le maintien artificiel de la vie.

Après la décision du tribunal, l'hôpital peut encore déposer un recours devant le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative.

En plein débat

Cette affaire intervient en plein débat sur l'euthanasie en France. Le président François Hollande a réaffirmé mardi sa volonté de voir adopter une loi permettant «dans un cadre strict», à une personne atteinte d'une maladie incurable de demander une «assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité».

La société française semble prête à cette réforme déjà mise en oeuvre dans plusieurs pays européens: selon un récent sondage, 92% des Français y sont favorables. En revanche, les évêques catholiques ont réaffirmé jeudi leur opposition tant à l'acharnement thérapeutique qu'à l'euthanasie, assimilée à «l'acte de tuer».

(ats/afp/nxp)

Créé: 16.01.2014, 15h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.