Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 01:31

Canada Trois espèces de baleines «en péril»

Le rorqual boréal, le rorqual commun et la baleine à bec de Sowerby sont menacés par l'homme, dans les eaux canadiennes.

Les baleines sont tuées de plus en plus par les grands navires.

Les baleines sont tuées de plus en plus par les grands navires. Image: archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois espèces de baleines, dont deux des plus grandes au monde, sont menacées au Canada, selon le rapport d'un organisme qui conseille le gouvernement fédéral publié lundi.

Le rorqual boréal, le rorqual commun et la baleine à bec de Sowerby sont désormais considérées comme étant «en péril dans les eaux canadiennes», selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (Cosepaq).

Ces trois espèces de cétacés «sont menacées par l'activité humaine» car elles «s'enchevêtrent dans les engins de pêche, et sont heurtées et tuées par le nombre sans cesse grandissant de grands navires», selon un communiqué de l'organisme.

De plus, «le bruit causé par les bateaux, les exercices navals et les activités de prospection sismique en cours compromettent leur communication et leur survie».

Le rorqual boréal a été classé «espèce en voie de disparition», et les populations de rorqual commun et de baleines à bec de Sowerby sont «préoccupantes», selon la classification de l'organisme.

En février, le gouvernement canadien avait annoncé une série de mesures visant à protéger davantage la baleine noire, espèce en voie de disparition, dont des restrictions des zones de pêche et la limitation de la vitesse maximale autorisée pour les plus gros navires dans certaines zones du Saint-Laurent.

En l'espace de quelques mois, à l'été 2017, douze baleines noires avaient été retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent, qui abritait alors près du quart des 458 derniers représentants de ces cétacés, parmi «les plus menacés au monde», selon un rapport du Réseau canadien pour la santé de la faune publié en octobre 2017.

Des carcasses avaient également été retrouvées le long des côtes de la Nouvelle-Angleterre, dans le nord-est des Etats-Unis.

«Les espèces ne se soucient pas des frontières. C'est donc toute la communauté mondiale qui doit travailler ensemble pour contrer les menaces. Aucun pays ne peut à lui seul sauver ces espèces», a précisé dans le communiqué John Reynolds, président du Cosepaq.

Cette annonce coïncide avec la publication lundi d'un rapport du groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité, qui fait état d'un million d'espèces menacées d'extinction, un déclin de la biodiversité qui se poursuivra à moins d'«un changement profond» des modèles de production et de consommation des hommes. (afp/nxp)

Créé: 06.05.2019, 22h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.