Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 00:36

Explosion d'un camion-citerne Trois jours de deuil national au Niger

60 personnes sont mortes dans l'explosion d'un camion-citerne dimanche et le bilan pourrait encore augmenter.

La carcasse du camion-citerne près de Niamey.

La carcasse du camion-citerne près de Niamey. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Niger a décrété mardi un «deuil national de trois jours» après la mort de 60 personnes dans l'explosion d'un camion-citerne dans la nuit de dimanche à lundi qui a également fait une quarantaine de blessés près de Niamey, a indiqué le gouvernement.

«Le gouvernement du Niger décide d'un deuil national de trois jours à compter de mercredi 8 mai, à la mémoire des victimes du tragique accident survenu dans la nuit du dimanche 5 mai au lundi 6 mai», a précisé le ministère nigérien de l'Intérieur dans un communiqué lu à la télévision d'Etat.

Le deuil national a été décidé à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité présidé par le chef d'Etat Mahamadou Issoufou et regroupant tous les responsables civils et militaires chargés des questions sécuritaires du pays, selon la télévision.

Le bilan de l'explosion s'est alourdi lundi après-midi, portant à 60 le nombre de tués, a indiqué à la télévision d'Etat le capitaine Hamani Adamou Abdoul-Aziz, commandant du Groupement d'incendie et de sécurité de Niamey. Un précédent bilan officiel faisait état de 58 morts dont 55 au moment de l'explosion intervenue lundi aux environs de 01H00 (locale et GMT), à quelques centaines de mètres de l'aéroport international de Niamey.

D'autres personnes «ont peu de chance de survivre»

Le bilan pourrait encore s'alourdir car d'autres personnes, brûlées au troisième degré, «ont peu de chance de survivre», a prévenu Hamani Adamou Abdoul-Aziz. La plupart des victimes tentaient de récupérer de l'essence qui coulait du camion renversé suite à «une défaillance technique», a expliqué le directeur de la Police judiciaire (PJ), Boubacar Rabiou Daddy.

Avant l'explosion, la foule a «refusé» d'obtempérer aux forces de l'ordre qui voulaient la tenir à distance du danger et «les pompiers ont même été caillassés», a-t-il dénoncé. Autour du véhicule, «il y avait beaucoup de mouvement, beaucoup de jeunes qui cherchaient à siphonner le carburant qui fuyait, en créant des ouvertures avec des bâtons dans la citerne», a raconté le directeur de la PJ.

D'après les premiers témoignages, un motocycliste qui venait de remplir des bidons a cherché à faire redémarrer son engin, ce qui a produit l'étincelle qui a conduit à l'embrasement et l'explosion du camion. (afp/nxp)

Créé: 08.05.2019, 00h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.