Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:28

Sri Lanka Le groupe État islamique revendique les attentats

L'organe de propagande de Daech dit avoir été aux commandes des actes terroristes qui ont frappé l'île dimanche. Colombo a établi qu'il s'agissait de représailles aux tueries de Christchurch.

Les attentats ont touché trois hôtels et trois églises catholiques dimanche. Bilan: 310 morts et plus de 500 blessés.

Galerie photo

Attentat dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande

Attentat dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande Un extrémiste de droite australien de 28 ans a tué 51 personnes qui fréquentaient un lieu de culte musulman le 15 mars 2019.

Galerie photo

Sri Lanka: attentats suicides contre des églises

Sri Lanka: attentats suicides contre des églises Les attentats suicides du dimanche de Pâques au Sri Lanka ont fait 253 morts. L'un des premiers bilans avançait le chiffre de 310 personnes décédées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe Etat islamique affirme être le commanditaire des attentats ayant frappé le Sri Lanka dimanche, tuant 320 personnes, dont 45 enfants et adolescents. Dimanche, quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, ont été visés.

Selon le ministre de la Défense du Sri Lanka, les attentats ont été commis «en représailles» aux tueries dans les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Les premiers éléments de l'enquête sur les attentats qui ont fait plus de 300 morts au Sri Lanka, notamment dans des églises, montrent qu'ils ont été commis en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi le vice-ministre srilankais de la Défense.

«Les investigations préliminaires ont révélé que ce qui s'était passé au Sri Lanka avait été commis en représailles à l'attaque contre les musulmans de Christchurch», a déclaré devant le Parlement Ruwan Wijewardene, en référence à l'attaque qui a fait 50 morts le 15 mars dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le groupe local National Thowheeth Jama'ath (NTJ) accusé par les autorités d'être derrière les attentats était lié à un groupe islamiste radical peu connu en Inde, a dit M. Wijewardene.

Aide internationale

«Il a maintenant été révélé que ce groupe National Thowheeth Jama'ath qui a commis les attentats avait des liens étroits avec le JMI», a-t-il déclaré, faisant apparemment référence à un groupe connu comme le Jamaat-ul-Mujahideen India.

Selon des informations de presse, le JMI a été créé l'an dernier et est affilié à un groupe du même nom au Bangladesh. Le ministre a ajouté que le Sri Lanka bénéficiait d'aide internationale pour l'enquête, sans autre précision.

Les autorités ont interpellé à ce stade 40 personnes dans l'enquête sur ces attaques attribuées à un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ). Le précédent bilan humain était de 290 morts, le nombre des blessés reste autour de 500.

Trois minutes de silence

Le Sri Lanka a observé mardi matin trois minutes de silence en hommage aux victimes des kamikazes qui ont frappé des hôtels de luxe et des églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs points de l'île d'Asie du Sud. Le gouvernement a décrété ce jour comme journée de deuil national.

Les drapeaux ont été mis en berne et les gens se sont inclinés en signe de respect à partir de 08h30 (05h00 en Suisse), l'heure de la première des attaques commises le jour de Pâques. Les magasins vendant de l'alcool sont fermés, et les radios et télévisions devaient adapter leur programmation musicale.

A l'église Saint-Antoine de Colombo, théâtre du premier attentat suicide dimanche matin, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certains retenant à grand peine leurs larmes. A l'issue des trois minutes de silence, la foule a entamé une prière à voix haute. (afp/nxp)

Créé: 23.04.2019, 05h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.