Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:20

France Trois sauveteurs périssent en pleine tempête

Une opération de secours à un bateau de pêche pris dans la tempête Miguel a fait trois morts vendredi, au large des Sables-d'Olonne.

Tempête Miguel: trois sauveteurs périssent en mer
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois sauveteurs en mer sont morts vendredi au large des Sables-d'Olonne après le chavirage de leur vedette, sortie en pleine tempête Miguel pour porter assistance à un bateau de pêche dont le marin est porté disparu.

Selon la préfecture de Vendée, le bilan est de «trois morts, sauveteurs de la SNSM» (Société nationale du sauvetage en mer).

«On a retrouvé des débris et un canot vide»

En tout, sept hommes se trouvaient à bord de la vedette. Quatre survivants ont regagné la côte à la nage alors que le canot a chaviré à 800 mètres de la plage, d'après la même source.

La vedette, le SNS 061 Jack Morisseau, était sortie porter assistance à un bateau de pêche en difficulté, le Carrera, dont le propriétaire est porté disparu. D'après plusieurs sources, ce pêcheur n'était pas le seul à bord.

«Pour le moment on n'arrive pas à retrouver le chalutier, on pense donc qu'il a chaviré. On a retrouvé des débris et un canot de sauvetage vide», a indiqué à l'AFP la préfecture maritime.

«Coincées à l'intérieur du canot»

Elle a ajouté que «le canot de la SNSM a été engagé par le Cross (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, ndlr) Etel» pour essayer de «l'aider à rentrer au port», a précisé à l'AFP la préfecture maritime, expliquant que les victimes étaient restées «coincées à l'intérieur du canot».

Un sauveteur de la SNSM contacté par l'AFP a indiqué qu'il s'agissait d'un canot «tous temps», des bateaux «auto-redressables».

Trois hélicoptères de la gendarmerie, les pompiers et la marine survolaient la zone pour tenter de repérer les victimes, a constaté un photographe de l'AFP. Une soixantaine de pompiers étaient sur place.

Le centre opérationnel départemental a été activé, ainsi que le «Plan NOVI nombreuses victimes» et le Plan blanc, a précisé la préfecture, indiquant que les autorités préfectorales étaient sur place.

«Famille maritime»

Le maire des Sables-d'Olonne Yannick Moreau (LR) a évoqué «un drame absolu» assurant que sa ville était «sous le choc».

«Sur un canot de sept sauveteurs bénévoles, des marins expérimentés, trois aujourd'hui sont décédés. Leur bateau a été fracassé par la dureté de la mer, parce qu'ils ont été déclenchés par le Cross pour aller porter secours à un navire en détresse.»

Le maire de cette station balnéaire s'est demandé pourquoi un bateau de pêche était sorti en mer alors que le département avait été placé en alerte orange en raison de la tempête Miguel.

«Il est assez incompréhensible qu'il y ait un bateau à la mer un jour comme aujourd'hui», a-t-il fustigé. «Le canot de la SNSM des Sables est armé par un équipage de marins qui connaissent la mer, qui connaissent les conditions, c'est des pros. Ce sont des gens qui ont le coeur sur la main et qui sont prêts à risquer leur vie pour sauver les autres», a-t-il dit.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy s'est rendu sur place. Plusieurs membres du gouvernement ont fait part de leur tristesse et apporté leur soutien à la SNSM, comme le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

«Mes pensées accompagnent les sauveteurs en mer des Sables-d'Olonne endeuillés alors que leurs camarades portaient secours à un navire en difficulté. Je partage leur émotion et leur immense tristesse. Les opérations de secours se poursuivent», a-t-il écrit sur twitter.

La ministre des Transports Elisabeth Borne, qui s'est dit «bouleversée par le tragique accident», a confié que «toute la famille maritime» était «en deuil».

L'association SNSM, reconnue d'utilité publique, assure gratuitement des opérations de sauvetage en mer et compte environ 8000 bénévoles. (afp/nxp)

Créé: 07.06.2019, 19h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.