Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 07:44

Canada Trudeau prêt à creuser le déficit et à taxer les Gafa

S'il est réélu, Justin Trudeau prévoit un déficit budgétaire encore plus important qu'aujourd'hui ainsi qu'une taxe sur les géants du web.

Justin Trudeau le 23 septembre 2019 dans l'Ontario.

Justin Trudeau le 23 septembre 2019 dans l'Ontario. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre canadien sortant, Justin Trudeau, a annoncé dimanche son intention de taxer les géants du web, comme l'a fait la France, et de creuser le déficit budgétaire afin de financer ses promesses électorales, s'il est réélu fin octobre.

Justin Trudeau, candidat à sa réélection lors des législatives du 21 octobre, a dévoilé la plateforme électorale de son parti libéral lors d'une conférence de presse à Mississauga, en Ontario (est). Il a annoncé son intention de creuser encore le déficit budgétaire du gouvernement, un changement de cap par rapport à 2015 quand le dirigeant libéral avait été porté au pouvoir en promettant un retour à l'équilibre budgétaire dès 2019 après trois années consécutives de déficits pour «aider la classe moyenne».

Selon les projections du Parti libéral, le déficit de 19,8 milliards de dollars canadiens (14,8 milliards de francs) prévu pour l'année fiscale en cours (2019-20) passerait à 27,4 milliards de dollars canadiens l'an prochain, avant de diminuer quelque peu les trois années suivantes.

«Choix responsable»

«C'est un choix responsable pour les Canadiens», s'est justifié le Premier ministre sortant. C'est «le meilleur moyen de continuer à créer de la croissance économique et d'aider tout le monde», a-t-il dit.

Pour la prochaine année, le candidat libéral prévoit 9,3 milliards de dollars de dépenses gouvernementales supplémentaires pour financer des baisses d'impôts, lutter contre les changements climatiques et aider la classe moyenne et les étudiants.

Par ailleurs, il a annoncé son intention de taxer les géants du web à hauteur de 3% dès le 1er avril 2020. Emboîtant ainsi le pas à la France, qui a adopté cet été une «taxe Gafa» (acronyme désignant les géants Google, Amazon, Facebook et Apple) entrant en vigueur cette année, le Canada pourrait ainsi récolter 540 millions de dollars canadiens dès la première année et jusqu'à 730 millions de dollars la quatrième année, selon le programme électoral du Parti Libéral.

«Approche responsable»

«Il est important de veiller à ce que les entreprises canadiennes bénéficient des mêmes avantages que les géants internationaux et c'est pourquoi nous travaillons avec la communauté internationale pour proposer une approche responsable», a déclaré Justin Trudeau.

«Nous travaillerons à mettre en oeuvre les recommandations de l'OCDE pour nous assurer que les sociétés numériques internationales dont les produits sont consommés au Canada perçoivent et versent la même taxe de vente que les sociétés numériques canadiennes», indique le programme électoral du Premier ministre canadien sortant.

La taxe française, d'un montant de 3%, doit toucher une trentaine de grands groupes, majoritairement américains, et rapporterait à la France 400 millions d'euros cette année, puis 450 millions en 2020 et 550 millions en 2021, selon le ministère français de l'Economie et des Finances. A la suite du G7 de Biarritz, la France a reconnu que ce dispositif - de nature temporaire - disparaîtrait dès l'entrée en vigueur d'un accord entre les pays de l'OCDE. (ats/nxp)

Créé: 30.09.2019, 01h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.