Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 11:04

Etats-Unis Trump accuse encore Twitter de bannir ses alliés

Le président américain demande au réseau social de réintégrer les conservateurs dont les comptes ont été supprimés.

Donald Trump n'est pas à sa première attaque contre Twitter.

Donald Trump n'est pas à sa première attaque contre Twitter. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump s'en est à nouveau pris dimanche à son moyen de communication favori, Twitter, l'accusant de bâillonner les conservateurs, une «gigantesque erreur» qui va selon lui à l'encontre de la «liberté d'expression».

«Twitter devrait laisser les voix conservatrices bannies revenir sur sa plateforme, sans restrictions», a-t-il écrit... dans un tweet.

«Ça s'appelle la liberté d'expression, ne l'oubliez pas. Vous faites une gigantesque erreur!», a-t-il ajouté.

Le réseau de messages, mais aussi d'autres plateformes comme Facebook, Instagram ou YouTube, ont récemment resserré la vis contre des personnalités accusées de promouvoir des discours violents, antisémites, racistes ou complotistes.

Ces décisions ont été prises sous la pression de ceux qui, à l'inverse, estimaient que ces réseaux sociaux n'expurgeaient pas assez vite les publications problématiques ou choquantes.

«Infowars»

Parmi les personnes bannies par une ou plusieurs plateformes figurent notamment Alex Jones, fondateur du site «Infowars», célèbre complotiste de l'extrême droite américaine pour lequel le président Trump avait par le passé affiché sa sympathie, mais aussi Paul Nehlen, membre du Parti républicain et figure de l'extrême droite.

Ce n'est pas la première fois que le président des Etats-Unis accuse Twitter, Facebook ou encore Google de pratiquer une «discrimination» contre les utilisateurs de droite.

Le milliardaire républicain, dont le compte Twitter est suivi par près de 61 millions de personnes, attaque régulièrement ces géants technologiques en affirmant, sans preuve, qu'ils sont «du côté de la gauche extrémiste démocrate». (afp/nxp)

Créé: 09.06.2019, 17h07

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.