Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Etats-Unis Trump autorise l'armée à faire feu sur les migrants

Le président américain a suggéré à son armée de répliquer en cas d'attaque de la part des migrants qui font route vers les USA.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis refuseront l'asile à toute personne entrant sur le territoire américain en dehors des points légaux d'accession au pays, a annoncé jeudi le président américain Donald Trump. Il a aussi suggéré à l'armée de faire feu sur les migrants en cas d'agression.

A cinq jours des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, cruciales pour le contrôle du congrès, et alors que plusieurs «caravanes» de migrants centraméricains font route vers les Etats-Unis, le républicain a rappelé que certains avaient lancé des pierres «perfidement et violemment» sur les forces de l'ordre mexicaines au moment de traverser la frontière entre le Guatemala et le Mexique.

S'«ils veulent lancer des pierres sur notre armée, notre armée répliquera», a-t-il tonné. M. Trump avait annoncé la veille que jusqu'à 15'000 soldats pourraient être déployés à la frontière avec le Mexique.

Des camps de tentes

«Je leur ai dit (aux soldats) de considérer cela (une pierre) comme un fusil. S'ils (les migrants) lancent des pierres comme ils l'ont fait envers la police et l'armée mexicaine, je dis, considérez cela comme un fusil», a-t-il lancé jeudi.

Un porte-parole du Pentagone a refusé d'évoquer un potentiel recours à la force de l'armée, tout en précisant que les soldats américains bénéficiaient d'un «droit inhérent à la légitime défense».

M. Trump a par ailleurs déclaré que les Etats-Unis n'accepteraient plus de demandes d'asile de la part d'une personne n'étant pas passée par un poste de frontière officiel. Les migrants arrêtés à la frontière seront placés dans des camps constitués de tentes ou d'autres installations jusqu'à ce qu'ils soient expulsés ou voient leur demande approuvée, a-t-il ajouté.

A quelques jours des élections du 6 novembre, Donald Trump multiplie les annonces susceptibles de mobiliser les électeurs. Il a fait de la question migratoire et de l'identité blanche américaine les thèmes centraux des derniers jours de la campagne.

«C'est une invasion», a-t-il encore martelé jeudi, en annonçant qu'il devrait signer la semaine prochaine un décret sur ce sujet, sans plus de précisions. Plusieurs constitutionnalistes ont cependant indiqué que cette déclaration était contraire à la loi fondamentale des Etats-Unis. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2018, 05h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.