Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 05:53

Diplomatie Trump dévoile le lieu du second sommet avec Kim

C'est à Hanoi, au Vietnam, que le président américain et le dirigeant nord-coréen se rencontreront les 27 et 28 février.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump a révélé vendredi que la capitale du Vietnam, Hanoï, accueillerait le deuxième sommet historique entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un fin février, tout en prédisant un avenir économique radieux pour la Corée du Nord.

Le pays, ainsi que la date de ce deuxième sommet historique --après celui ayant eu lieu à Singapour en juin-- étaient déjà connus, mais pas sa localisation exacte. «Mes représentants viennent juste de quitter la Corée du Nord après une réunion très productive», a écrit le locataire de la Maison Blanche sur Twitter. Le sommet «se tiendra à Hanoï, au Vietnam, les 27 et 28 février».

«J'ai hâte de rencontrer le président Kim et de faire avancer la cause de la paix!», a-t-il déclaré. De son côté, la Corée du Nord n'a pas donné d'information officielle à propos du sommet. Kim Jong Un ne l'a pas non plus mentionné durant une réunion vendredi avec les hauts gradés de l'armée du pays.

L'émissaire des Etats-Unis pour la Corée du Nord Stephen Biegun a terminé vendredi une visite de trois jours à Pyongyang afin de préparer ce deuxième sommet. De mercredi à vendredi, il s'est entretenu avec l'émissaire nord-coréen Kim Hyok Chol, afin de permettre des progrès sur «une dénucléarisation complète, la transformation des relations Etats-Unis/Corée du Nord, et la mise en place d'une paix durable sur la péninsule coréenne», a déclaré le département d'Etat américain dans un communiqué, quelques heures avant le tweet du président Trump.

Les émissaires des deux pays ont convenu de se rencontrer à nouveau avant le 27 février. A Séoul, M. Biegun a informé samedi le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-hwa, du déroulement de ses discussions à Pyongyang. Il a souligné qu'il restait encore du travail à faire avec les Nord-Coréens avant le sommet de Hanoï.

«Nous avons un dur travail à faire avec la DPRK», acronyme anglais de la République populaire démocratique de Corée, a dit M. Biegun à M. Kang. «Je suis confiant que si les deux parties restent engagées, nous pouvons faire de réels progrès», a-t-il dit.

«Nous ne savons pas où cela va aller, mais nous sommes au milieu d'une conversation», et les discussions à Pyongyang «ont été productives», a déclaré l'émissaire américain. M. Kang a dit à M. Biegun que les Etats-Unis avaient «le soutien total» de la Corée du Sud pour le sommet à venir.

«Fusée économique»

Le président américain a estimé vendredi que la Corée du Nord, actuellement minée par la pauvreté, pouvait espérer de biens meilleurs jours sur le plan économique. «La Corée du Nord, sous le commandement de Kim Jong Un, va devenir une grande puissance économique», a par ailleurs estimé Donald Trump dans un deuxième tweet. «Il pourra en surprendre certains mais il ne me surprendra pas moi, car j'ai appris à le connaître et suis entièrement conscient de ce dont il est capable», a-t-il poursuivi.

«La Corée du Nord va devenir un autre type de fusée - une fusée économique!», s'est enthousiasmé celui qui traitait encore il y a peu le dirigeant nord-coréen d'«homme-fusée» («Rocket Man»), en référence aux tests de missiles balistiques nord-coréens.

Après des mois de surenchère, d'insultes personnelles et de menaces, les deux dirigeants ont amorcé un rapprochement spectaculaire au début de l'an dernier. Lors de leur première rencontre, MM. Kim et Trump avaient signé une déclaration très vague en faveur de «la dénucléarisation de la péninsule coréenne». Mais aucun progrès n'a depuis été réalisé, les deux parties n'étant même pas d'accord sur le sens exact de cet engagement.

Les analystes espèrent que cette deuxième rencontre débouchera sur des progrès plus concrets. Pyongyang demande un allègement des sanctions adoptées par la communauté internationale en réponse à ses programmes nucléaire et balistique interdits. Mais les États-Unis considèrent que ces sanctions, qui asphyxient le peuple nord-coréen, doivent être maintenues tant que la Corée du Nord n'aura pas renoncé à ses armes nucléaires. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2019, 02h59

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.