Mardi 24 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:26

Diplomatie Trump a évoqué avec Poutine le Venezuela

Le président américain a vanté vendredi un «échange très positif» avec son homologue russe sur le Venezuela.

Donald Trump a jugé la conversation «très positive».

Donald Trump a jugé la conversation «très positive». Image: AFP

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Maduro soumet ses généraux au détecteur de mensonges, accuse Guaido

L'opposant vénézuélien Juan Guaido a accusé vendredi le président Nicolas Maduro d'avoir soumis des hauts commandants de l'armée au détecteur de mensonges pour s'assurer de leur loyauté, après la tentative de soulèvement ratée de mardi. «Il n'y a aucune confiance» au sein du régime, a affirmé M. Guaido. «Je veux lancer un appel à ces soldats. Qu'ils comparent la réponse du peuple vénézuélien (...) à ceux qui s'enferment et se cachent entre quatre murs, qui font passer tout le haut commandement au détecteur de mensonges», a-t-il poursuivi pendant un discours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ton monte depuis plusieurs mois entre Washington, qui soutient l'opposant vénézuélien Juan Guaido et réclame le départ du président Nicolas Maduro, et Moscou qui accuse les Etats-Unis d'essayer d'organiser un «coup d'Etat» dans ce pays aux immenses réserves pétrolières.

Trois jours après une tentative avortée de soulèvement militaire à Caracas, M. Trump a adopté un ton particulièrement conciliant vis-à-vis de Moscou qui tranche singulièrement avec celui de ses principaux conseillers et du département d'Etat.

«Vladimir Poutine ne cherche pas du tout à s'impliquer au Venezuela au-delà du fait qu'il aimerait voir des développements positifs», a-t-il assuré depuis le Bureau ovale. «Nous avons eu une conversation très positive», a-t-il insisté.

Mardi après-midi, alors que la plus grande confusion régnait à Caracas, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s'était montré beaucoup plus accusateur à l'égard de Moscou, assurant que M. Maduro avait été sur le point de quitter le Venezuela le matin même mais que les Russes lui avaient dit de «rester».

Le compte-rendu du Kremlin, qui a tenu à souligner que l'appel avait eu lieu à l'initiative de Washington, était de son côté très éloigné de la tonalité de l'hôte de la Maison Blanche. «L'ingérence dans les affaires intérieures, les tentatives de changement par la force du pouvoir à Caracas sapent les perspectives d'un règlement politique du conflit», a mis en garde Moscou.

«Où est notre porte-avions?»

Le ministre de la Défense par intérim Patrick Shanahan a accueilli vendredi matin au Pentagone Mike Pompeo ainsi que le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton et l'amiral Craig Faller, qui dirige le commandement américain pour l'Amérique du Sud (Southcom).

Rappelant la position de Donald Trump qui répète depuis plusieurs semaines que «toutes les options» sont sur la table, il a refusé de donner des précisions sur les contours d'une éventuelle intervention militaire. «Je veux éviter d'entrer dans les détails de ce que nous pourrions faire ou pas mais il faut comprendre que nos plans (...) ont de la profondeur», s'est-il borné à dire. «Au fur et à mesure que les conditions changent (sur le terrain), nous faisons des modifications et des ajustements».

L'influent sénateur républicain Lindsey Graham a suggéré que les Etats-Unis envoient un porte-avions au large du Venezuela. «Cuba, la Russie envoient des troupes pour soutenir Maduro au Venezuela ... pendant que nous parlons/sanctionnons. Où est notre porte-avions?», a-t-il tweeté.

A Caracas, l'opposant Juan Guaido --reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays-- a exhorté la population à marcher samedi «de manière pacifique» vers les bases militaires du pays pour demander à l'armée de lâcher le président socialiste Nicolas Maduro.

«Nous savons que nous devons continuer à protester (...) nous devons continuer de manière pacifique et citoyenne, sans tomber dans le piège» du gouvernement, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. «Tout notre combat se déroule et va continuer à se dérouler dans le cadre de la Constitution», a fait valoir le député de centre droit de 35 ans.

Ces déclarations interviennent dans un contexte de vive tension. M. Maduro a lancé une chasse aux «traîtres» dès mardi soir, lorsqu'il a affirmé avoir déjoué l'«escarmouche putschiste» entreprise par un groupe de militaires entrés en rébellion pour rejoindre Juan Guaido. (afp/nxp)

Créé: 04.05.2019, 00h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.