Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:35

Diplomatie Trump maintient les sanctions contre l'Iran

Washington n'entend pas accorder de «dérogation» aux sanctions imposées contre Téhéran, alors que les Européens tentent une médiation.

Trump a claqué la porte en 2018 de l'accord international signé avec l'Iran pour l'empêcher de se doter de la bombe atomique.

Trump a claqué la porte en 2018 de l'accord international signé avec l'Iran pour l'empêcher de se doter de la bombe atomique. Image: AFP

Rencontre à l'ONU: «Tout est possible» affirme Trump

Le président américain Donald Trump n'a pas exclu mercredi de rencontrer son homologue iranien Hassan Rohani en marge de l'assemblée générale de l'ONU fin septembre, tout en soulignant qu'aucune décision n'avait été prise.

«Bien sûr, tout est possible», a répondu M. Trump interrogé dans le Bureau ovale sur un éventuel face-à-face avec M. Rohani. Tout en saluant les démarches de son homologue français Emmanuel Macron lors du G7, il a souligné que les Etats-Unis n'avaient «besoin de personne» pour négocier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration américaine de Donald Trump a exclu mercredi toute «dérogation» aux sanctions des Etats-Unis contre l'Iran pour faciliter l'octroi d'une ligne de crédit à Téhéran dans le cadre d'une médiation française.

«On ne peut pas être plus clairs sur le fait que nous sommes déterminés à mettre en oeuvre cette campagne de pression maximale et que nous n'entendons pas accorder d'exceptions ou de dérogations», a déclaré l'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook devant la presse. «Les Etats-Unis intensifient leur campagne de pression maximale», a-t-il ajouté.

Prié de dire si Washington était prêt à étudier la possibilité d'un feu vert aux pistes françaises, il a toutefois ensuite éludé la question, se bornant à dire qu'il n'avait pas encore vu de proposition «concrète».

Montée des tensions

Le président Trump a claqué la porte en 2018 de l'accord international signé trois ans plus tôt avec l'Iran pour l'empêcher de se doter de la bombe atomique. Depuis, les Etats-Unis ont imposé à Téhéran des sanctions de plus en plus dures, interdisant toute vente de pétrole iranien. Les dernières dérogations qui permettaient à l'Iran d'écouler son brut vers huit pays, dont la Chine et l'Inde, ont été retirées en mai.

De son côté, le gouvernement iranien a commencé à s'affranchir de certaines restrictions imposées à son programme nucléaire et menace de revenir cette semaine sur d'autres engagements pris dans le cadre de l'accord de 2015.

Pour faire baisser les tensions, les signataires européens de cet accord, menés par la France, tentent une médiation qui consisterait à accorder une ligne de crédit d'environ 15 milliards de dollars à Téhéran en échange d'un retour à la mise en oeuvre totale de ses engagements nucléaires.

Créer un dialogue

Le président français Emmanuel Macron espère que cette bouffée d'oxygène financière puisse créer les conditions pour l'amorce d'un dialogue américano-iranien avec une possible rencontre entre Donald Trump et son homologue Hassan Rohani.

«Le président voudrait vraiment voir une solution diplomatique à tout cela», a assuré mercredi Brian Hook, sans fermer totalement la porte à la médiation française. Mais les conditions de la proposition française restent encore à éclaircir.

Selon une source diplomatique française, les fonds avancés grâce à la ligne de crédit en cours de négociation seraient remboursés via des ventes futures de pétrole. Mais pour que cette facilité de financement puisse voir le jour, il faut d'abord que les Etats-Unis acceptent de desserrer leur étau, notamment en allégeant leurs sanctions contre les ventes de pétrole iraniennes. (afp/nxp)

Créé: 04.09.2019, 18h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.