Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:06

Santé mondiale Trump menace de ne plus financer l'OMS pour de bon

Le président américain donne 30 jours à l'OMS pour se réformer, faute de quoi il suspendra définitivement la contribution américaine à l'institution.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain, Donald Trump, a menacé lundi de couper les vivres à l'OMS pour de bon et révélé qu'il prenait de l'hydroxychloroquine à titre préventif, au moment où des résultats encourageants pour un vaccin expérimental contre le coronavirus émergent.

La pandémie a déjà fait plus de 316'000 morts dans le monde, et les États-Unis sont le pays le plus touché avec plus de 90'000 décès et au moins 1,5 million de contaminations. Multipliant les critiques contre l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour sa gestion de la crise, Donald Trump lui a donné un mois pour obtenir des résultats significatifs.

«Si l'OMS ne s'engage pas à des améliorations notables dans un délai de 30 jours, je vais transformer la suspension temporaire du financement envers l'OMS en une mesure permanente et reconsidérer notre qualité de membre au sein de l'organisation», a tweeté Donald Trump.

Économies à genoux

L'épidémie de Covid-19 a mis à genoux les grandes économies mondiales. De nombreux pays s'efforcent de relancer l'activité, à l'image de l'Union européenne, Paris et Berlin ayant proposé lundi un plan de relance massif de 500 milliards d'euros pour aider le Vieux continent à surmonter cette crise historique.

La chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, ont proposé que la Commission européenne finance ce soutien à la relance en empruntant sur les marchés «au nom de l'UE», avant de reverser cet argent aux pays européens et «aux secteurs et régions les plus touchés».

Alors que la course au vaccin se poursuit dans le monde, la société américaine biotechnologique Moderna, l'une des plus avancées en la matière, a annoncé lundi des résultats encourageants mais à prendre avec précaution pour son vaccin expérimental chez huit volontaires, avant des essais à grande échelle prévus en juillet.

«Utilisé depuis 40 ans»

Donald Trump s'est réjoui des avancées de la jeune société dans laquelle le gouvernement américain a investi près d'un demi milliard de dollars, et il a créé la surprise en révélant qu'il prenait l'hydroxychloroquine, un médicament contre le paludisme dont l'efficacité contre le coronavirus n'a pas été démontrée.

«J'en prends depuis une semaine et demie (...) je prends un comprimé par jour», a déclaré Donald Trump lors d'un échange avec des journalistes à la Maison Blanche, soulignant qu'il n'avait «aucun symptôme» du Covid-19.

«Cela ne va pas me faire de mal, c'est utilisé depuis 40 ans pour le paludisme (...), beaucoup de médecins en prennent», a encore dit Donald Trump, alors que les autorités sanitaires américaines ont mis en garde contre l'utilisation de cet antipaludéen en dehors d'un milieu hospitalier ou d'essais cliniques.

En pleine rivalité américano-européenne sur un futur vaccin, le président chinois, Xi Jinping, a de son côté assuré qu'un éventuel vaccin chinois contre le coronavirus serait un «bien public mondial». Si un vaccin est découvert, a déclaré en écho au président chinois Emmanuel Macron, il devra être «un bien public mondial, auquel chacun devra pouvoir avoir accès».

Il s'exprimait lors de l'assemblée annuelle de l'OMS en visioconférence mouvementée lundi, au cours de laquelle les États-Unis ont réitéré leurs critiques. Depuis la Maison Blanche, Donald Trump accusera l'OMS d'être «une marionnette de la Chine».

«Imaginez, perdre trois enfants»

Dans l'attente d'un traitement, le coronavirus progresse, notamment en Inde, pays de 1,3 milliard d'habitants qui a prolongé jusqu'à fin mai les mesures de confinement.

Le Brésil est lui devenu le troisième pays en termes de contaminations (254'220) et 16'792 morts, sixième bilan mondial, vraisemblablement très en dessous de la réalité, selon des experts. «Je n'aurais jamais imaginé que ça pourrait arriver à ma famille: imaginez, perdre trois enfants», a déclaré à l'AFP la Brésilienne Maria Nunes Sinimbu, 76 ans, qui a vu mourir au total cinq membres de sa famille.

En Europe, où les pays les plus touchés - Italie et Espagne - ont vu leur bilan quotidien passer sous le seuil des 100 morts pour la première fois en deux mois, le déconfinement se poursuit.

Cafés et restaurants rouvrent en Macédoine du Nord mardi. En Angleterre, les entraînements la Premier League - championnat de football le plus suivi au monde - vont reprendre mardi en petits groupes, comme l'ont fait la veille les clubs espagnols, alors qu'en Allemagne la Bundesliga a fait son retour le week-end dernier sans spectateurs.

Du Portugal à l'Azerbaïdjan en passant par le Danemark ou l'Allemagne, d'autres pays ont avancé dans la levée progressive des restrictions.

En Italie, premier pays à avoir adopté un confinement total de sa population, les «espressos» sont de retour en terrasse et dans les commerces depuis lundi. Raimondo Ricci, le patron du San Eustachio Il Caffe à Rome, houspillait en plaisantant son serveur, après plus de deux mois d'inactivité: «Il ne sait plus ce qu'il fait !».

«Rêve»

Dans la cité du Vatican, la basilique Saint-Pierre de Rome a rouvert au public. Autre symbole fort, en Grèce, l'Acropole, monument le plus visité du pays, accueille à nouveau les touristes. «C'était mon rêve», s'est exclamée Barbara Reno Gonzalez, une écrivaine américaine qui «attendait depuis deux mois de voir l'Acropole». Elle était arrivée le 18 mars en Grèce, quelques jours avant le confinement général.

En Belgique, Paul Leblanc, proviseur d'un lycée d'Ixelles, près de Bruxelles, a accueilli ses élèves avec l'air du film Star Wars, pour marquer, a-t-il expliqué «une rentrée masquée». En revanche, le confinement va rester en vigueur en Turquie pour toute la durée de l'Aïd el-Fitr, la fête qui marquera la fin du ramadan. Des mesures semblables ont été prises en Syrie, qui n'organisera pas de prières collectives, et dans d'autres pays à majorité musulmane comme l'Égypte ou l'Algérie. (afp/nxp)

Créé: 19.05.2020, 06h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.