Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:25

Gonflé Trump et le président «Mozzarella», une blague si crédible

Un habile montage a prêté au président Trump une grosse bourde. Il aurait appelé le président italien «Mozzarella» au lieu de Mattarella. Tout le monde y a cru, mais c'était une blague.

Le président Donald Trump a reçu jeudi le président italien Sergio Mattarella. Un plaisantin en a profité pour prêter au président des bourdes, qu'il n'avait pas faites.

Le président Donald Trump a reçu jeudi le président italien Sergio Mattarella. Un plaisantin en a profité pour prêter au président des bourdes, qu'il n'avait pas faites. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jeudi, un certain Danny Keetz a publié un tweet où l'on voit le visage crispé de l'interprète italienne à la Maison Blanche. Si elle tire une tête pareille, c'est qu'elle vient d'entendre deux grosses bourdes du président américain Donald Trump, qui aurait dit «président Mozzarella» au président italien, à la place de «président Mattarella». Ensuite il aurait dit que les Etats-Unis et l’Italie sont des alliés depuis la Rome antique.

L'interprète italienne semble atterrée par les propos de Donald Trump.

Ce tweet est aussitôt devenu viral, suscitant des avalanches de commentaires et de moqueries, tant il paraissait vraisemblable que le président, coutumier du fait, ait pu avoir la langue qui a fourché. Et bien, non, c'était une blague.

Deux fois Mattarella

Donald Trump a bien donné une conférence de presse à la Maison Blanche, en présence de Sergio Mattarella avec l'interprète qui travaille pour l'ambassade d'Italie à Washington. Il a rapidement été démontré qu'il n'avait rien dit de tel. Selon «Libération», à aucun moment il n'a utilisé le mot «mozzarella» dans la vidéo de la conférence de presse: «Lors du discours que les deux présidents ont prononcé avant la conférence, Trump ne mentionne par ailleurs que deux fois le nom de son homologue, et l’appelle bien Mattarella».

Des captures d'écran qui n'ont rien à voir

«Libération» a également retrouvé les deux passages, où l’interprète se montrerait catastrophée par les propos du président américain. Lors de la première capture d'écran, à gauche, Donald Trump ne dit rien et l’interprète se tourne vers une journaliste. Au moment de la deuxième capture, à droite, Donald Trump évoque la Russie et Daesh.

Un «héritage»

Sur les liens ancestraux entre l'Etats-Unis et l'Italie, Donald Trump a évoqué «un héritage» commun: «Les Etats-Unis et l’Italie sont liés par un héritage culturel et politique partagé qui remonte à des milliers d’années et à la Rome antique». Pas de quoi rigoler en effet, tous les deux ont bâti des empires. On sait ce qu'il est advenu du premier.

E. F.

Créé: 18.10.2019, 15h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.