Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:20

Affaire Khashoggi Après les aveux, des questions en suspens

Les explications de Ryad sont loin de satisfaire tous les pays qui se disaient préoccupés du devenir de Jamal Khashoggi.

Ryad utilise une «ferme à trolls» sur Twitter contre les dissidents

L'Arabie saoudite a mis en place une cellule numérique destinée à harceler les dissidents du Royaume, a rapporté samedi le New York Times. Jamal Khashoggi était une des cibles. La cellule utilise notamment une «ferme à trolls» basée à Ryad et un espion présumé au sein de Twitter pour surveiller les comptes des utilisateurs, a ajouté le journal. La messagerie instantanée a refusé de commenter ces informations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les aveux de l'Arabie saoudite dans l'affaire de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul, beaucoup de questions restaient en suspens dimanche, auxquelles Ryad était exhorté à répondre.

C'est 17 jours après cette disparition que les responsables saoudiens ont admis ce que tout le monde redoutait: ce journaliste critique du régime de son pays, qui n'avait plus donné signe de vie depuis le 2 octobre, a été victime d'un homicide.

La confirmation de sa mort est venue, via l'agence de presse officielle saoudienne SPA, du parquet, qui a évoqué une «rixe» dans ce consulat. «Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing (...), ce qui a conduit à sa mort», a indiqué dans un communiqué le procureur général Saoud al-Mojeb. Il n'a pas précisé où se trouvait le corps.

Mais ces explications sont loin de satisfaire tous les pays qui se disaient préoccupés du devenir de M. Khashoggi. Beaucoup réclament une enquête pour établir la vérité sur cette mort, sachant que Ryad avait, début octobre, indiqué que le journaliste dissident était ressorti du consulat.

Trump veut «la réponse»

Donald Trump avait dans un premier temps jugé crédibles les explications de Ryad. Mais samedi après-midi, il a estimé qu'elles étaient trop courtes. «C'était un gros premier pas. C'était un bon premier pas. Mais je veux obtenir la réponse», a affirmé le président des États-Unis.

À un journaliste qui lui demandait s'il était satisfait du limogeage de deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane, et des 18 arrestations annoncées, le président américain a encore répondu: «Non, je ne serai pas satisfait tant que nous n'aurons pas la réponse».

«Cela étant dit, nous avons 450 milliards de dollars (de contrats, ndlr), dont 110 milliards de commandes militaires, du matériel et d'autres choses commandées par l'Arabie saoudite. Je crois que cela représente plus d'un million d'emplois alors ce n'est pas constructif pour nous d'annuler une commande comme celle-là», a ajouté M. Trump, reprenant son idée déjà martelée les jours précédents de ne surtout pas nuire à la relation commerciale entre les deux alliés.

D'autres pays ont haussé le ton. Le Canada a ainsi jugé samedi soir «ni crédibles ni cohérentes» les explications de Ryad. «Nous réitérons notre appel à une enquête approfondie, menée en pleine collaboration avec les autorités turques», a insisté la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

Plus tôt, Bruxelles avait également dit son impatience. «L'Union européenne, comme ses partenaires, insiste sur la nécessité d'une enquête approfondie, crédible et transparente, qui fasse la lumière sur les circonstances de la mort et contraigne les responsables à en endosser toute la responsabilité», avait avancé la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, dans un communiqué.

Questions «sans réponse»

Du côté de Paris, via une déclaration écrite du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, on estime que «la confirmation de la mort de M. Jamal Khashoggi est un premier pas vers l'établissement de la vérité. De nombreuses questions restent toutefois sans réponse». «Ces attentes sont d'autant plus fortes que nos deux pays sont liés par un partenariat stratégique qui implique franchise, exigence et transparence», a-t-il aussi relevé.

L'Allemagne aussi a jugé «insuffisantes» les explications de l'Arabie saoudite sur les circonstances de la mort de Khashoggi, et est allée plus loin, menaçant de mesures de rétorsion économiques. «Tant que ces questions resteront ouvertes, je ne peux pas m'imaginer qu'il y ait une base positive au sein du gouvernement allemand pour approuver des exportations d'armes vers l'Arabie saoudite», a averti le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, samedi soir sur la chaîne de télévision allemande ARD.

Ces exhortations diplomatiques interviennent alors que la presse turque a publié ces derniers jours de nouvelles révélations accablantes pour les Saoudiens, selon lesquelles Jamal Khashoggi a été torturé et assassiné dans le consulat dès le jour de sa disparition. Les enquêteurs turcs ont poursuivi leurs investigations, fouillant notamment une vaste forêt proche d'Istanbul. Et Ankara a clamé s'apprêter à «tout» révéler sur le sort du journaliste, sans préciser quand. (afp/nxp)

Créé: 21.10.2018, 00h29

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.