Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:56

Immigration Trump tente de stopper la «caravane» de migrants

Le président américain a menacé de couper l'aide financière aux pays qui laissent passer les migrants vers les Etats-Unis.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain Donald Trump a menacé mardi de couper les aides au Honduras, au Guatemala et au Salvador s'ils laissaient passer des migrants ayant l'intention d'entrer illégalement aux Etats-Unis, comme le fait actuellement un groupe de plus de 2000 personnes.

«Nous avons informé aujourd'hui le Honduras, le Guatemala et le Salvador que s'ils permettent à leurs citoyens, ou à d'autres, de traverser leurs frontières jusqu'aux Etats-Unis, avec l'intention d'entrer illégalement dans notre pays, tous les financements qui leur sont versés seront STOPPES», a averti M. Trump dans un tweet.

«Toute personne entrant aux Etats-Unis illégalement sera arrêtée et emprisonnée, avant d'être renvoyée dans son pays», a-t-il ajouté dans un deuxième message.

Plus tôt dans la journée, le président américain avait déjà tweeté à ce propos, menaçant cette fois de couper les aides au Honduras seul, «avec effet immédiat», «si la large caravane de gens qui se dirigent vers les Etats-Unis» n'était pas «stoppée et renvoyée» vers cet Etat d'Amérique centrale.

Les autorités du Guatemala, pays situé entre le Honduras et le Mexique, avaient annoncé qu'elles interdiraient l'entrée dans leur pays aux quelque 2000 Honduriens partis samedi de San Pedro Sula, à 180 km au nord de la capitale Tegucigalpa, pour rejoindre les Etats-Unis.

Malgré ces assurances, des centaines de migrants ont réussi à traverser la frontière et à se regrouper dans la ville guatémaltèque d'Esquipulas. Les autorités mexicaines ont également affirmé qu'elles bloqueraient le passage à la caravane de migrants.

Mardi, un collectif d'ONG a estimé qu'il relevait de la responsabilité du gouvernement du Guatemala de respecter les droits des migrants et de garantir «la sécurité et l'intégrité physique des personnes se trouvant sur son territoire». Fin mars, M. Trump avait déjà attiré l'attention sur une caravane de migrants d'Amérique centrale, exigeant des autorités mexicaines qu'elles les arrêtent.

Plus de 500'000 personnes traversent chaque année illégalement la frontière sud du Mexique pour tenter ensuite de remonter vers les Etats-Unis, selon des chiffres de l'ONU. Nombre d'entre elles fuient la violence et la pauvreté au Guatemala, au Salvador et au Honduras. Durant leur passage au Mexique, elles sont souvent victimes d'abus de la part de bandes criminelles et de trafiquants d'êtres humains.

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017, l'administration Trump a resserré sa politique migratoire. Le président républicain répète vouloir construire un mur à la frontière avec le Mexique pour bloquer l'immigration clandestine, mais il n'a pas réussi à ce jour à faire voter des fonds par le Congrès pour mener à bien ce projet. (afp/nxp)

Créé: 17.10.2018, 06h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.