Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 15:00

Etats-Unis Trump veut toujours vendre des armes à Ryad

L'administration Trump veut invoquer une disposition d'urgence pour empêcher le Congrès de bloquer les ventes d'armes à Ryad.

MBS et Donald Trump à la Maison Blanche le 20 mars 2018.

MBS et Donald Trump à la Maison Blanche le 20 mars 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration Trump se prépare à passer outre le Congrès pour vendre des armes d'une valeur de près de 7 milliards de dollars à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, rapporte jeudi le New York Times.

D'après le quotidien, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et d'autres hauts responsables sont en train de pousser le gouvernement à invoquer une disposition d'urgence pour permettre au président Donald Trump d'empêcher le Congrès de bloquer ces ventes, actuellement en suspens. Cette mesure pourrait être prise dans les prochains jours, selon le journal qui cite des responsables et élus américains, actuels ou anciens.

C'est le sénateur démocrate Chris Murphy qui a d'abord fait état de ce projet mercredi en public. «J'entends dire que Trump pourrait utiliser une faille dans la loi sur le contrôle des armes» pour permettre «une nouvelle vente d'envergure de bombes à l'Arabie saoudite», a-t-il tweeté. «Trump prétendrait que la vente est une urgence , ce qui veut dire que le Congrès ne pourrait voter contre. Elle se produirait automatiquement», a-t-il ajouté. Or «il n'y a aucune urgence à vendre des bombes à l'Arabie pour qu'elle les lâche sur le Yémen. Les Saoudiens bombardent des civils donc s'il y a une urgence, c'est une urgence humanitaire provoquée par les bombes que nous vendons aux Saoudiens», a-t-il lancé.

Tensions avec l'Iran

Sollicité par l'AFP mercredi, le département d'Etat s'était borné à dire qu'il ne commentait pas les potentielles ventes d'armes «jusqu'à ce que le Congrès en soit formellement notifié».

Cette révélation intervient au moment où les tensions s'intensifient entre les Etats-Unis et l'Iran, grand rival de l'Arabie saoudite au Moyen-Orient. La question des relations avec Ryad, proche allié de Washington, est sensible chez les élus démocrates comme républicains en raison notamment de la guerre au Yémen.

Le Congrès américain avait adopté en avril une résolution exigeant du président «le retrait des forces armées américaines des hostilités» au Yémen, à l'exception des opérations visant Al-Qaïda. M. Trump y a mis son veto.

La réaction jugée tiède du président républicain face à Ryad après le meurtre en octobre 2018 à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, par un commando venu d'Arabie saoudite, avait aussi créé un grand malaise chez les élus américains. (afp/nxp)

Créé: 24.05.2019, 04h45

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.