Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Etats-Unis Trump voit son projet de mur frontalier bloqué

Un juge fédéral américain estime qu'il est possible que l'administration Trump ait «outrepassé son autorité».

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, au Nouveau-Mexique.

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, au Nouveau-Mexique. Image: AFP

Un juge suspendu six mois pour avoir critiqué Trump

Un juge américain a été sanctionné par une suspension sans solde d'une durée de six mois pour avoir critiqué Donald Trump dans son tribunal et sur les réseaux sociaux, selon une décision de la Cour suprême de l'Utah consultée vendredi par l'AFP. Selon ce document, le juge Michael Kwan, en poste depuis plus de 20 ans, avait commencé à publier, via ses comptes Facebook et LinkedIn, des commentaires désobligeants sur Donald Trump en 2016 alors que ce dernier n'était encore que candidat à l'élection présidentielle. Il avait persisté après la victoire de M. Trump, le taxant par exemple «d'incapacité à gouverner et d'incompétence politique» le jour même de son investiture à la Maison Blanche, le 20 janvier 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un juge fédéral américain a bloqué temporairement vendredi la décision du président Donald Trump d'utiliser des fonds du département de la Défense pour financer le mur qu'il veut construire à la frontière avec le Mexique.

La décision a été prise par Haywood William, juge fédéral du district Nord de Californie. Elle porte un coup au projet du président républicain, qui a déclaré une «urgence nationale» afin de pouvoir utiliser des fonds militaires pour faire avancer la construction de ce mur en contournant le refus du Congrès à majorité démocrate de le financer.

Les membres de l'administration du président Trump «sont requis de ne prendre aucune mesure en vue de construire une barrière frontalière» dans deux zones proches des villes de Yuma (Arizona) et d'El Paso (Texas) «en utilisant des fonds redirigés par le Dod», a statué le juge Gilliam, en désignant par son acronyme le département américain de la Défense. Ce juge a déclaré avoir pris cette décision préliminaire parce que les plaignants pourraient démontrer que des responsables de l'administration «ont outrepassé leur autorité».

Un mur censé endiguer l'immigration clandestine

Ce recours en justice, premier d'une longue série, a été engagé par une vingtaine d'Etats américains, menés par les bastions démocrates de Californie et de New York, ainsi que par la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU et des organisations de protection de l'environnement comme le Sierra Club et un groupement de communautés frontalières.

Les plaintes déposées à Oakland, dans le nord de la Californie, estiment que la «déclaration d'urgence nationale» proclamée le 15 février par Donald Trump pour débloquer des fonds fédéraux destinés notamment à des dépenses militaires, malgré l'opposition du Congrès, contrevient à plusieurs dispositions constitutionnelles. Le bras de fer au sujet des fonds destinés à la construction du mur avait à l'époque provoqué la fermeture partielle de l'administration fédérale pendant 35 jours, une durée record.

Pour construire ce mur censé endiguer l'immigration clandestine venue d'Amérique latine - l'une de ses principales promesses de campagne et un enjeu électoral fort pour sa réélection en 2020 - le président Trump entend notamment utiliser 3,6 milliards de dollars de fonds fédéraux destinés à la construction d'installations militaires. Il veut aussi mobiliser 2,5 milliards de dollars devant bénéficier à la lutte contre le trafic de drogue. Au total, le Congrès ne lui a accordé que 1,4 milliard pour financer une portion de barrière au Texas. «Nous applaudissons la décision prise aujourd'hui par le tribunal de protéger notre Constitution, les communautés et l'environnement», a déclaré dans un communiqué Gloria Smith, avocate du Sierra Club. (afp/nxp)

Créé: 25.05.2019, 06h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.