Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 12:21

Grèce Tsipras demande un vote de confiance

Le Premier ministre Alexis Tsipras a demandé au parlement grec de procéder «immédiatement» à un vote de confiance à son gouvernement.

Alexis Tsipras dispose d'une faible marge de manœuvre.

Alexis Tsipras dispose d'une faible marge de manœuvre. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'annonce du Premier ministre Alexis Tsipras intervient après la démission de son ministre de la Défense, fervent opposant au nouveau nom de la Macédoine que les députés grecs doivent entériner prochainement.

«Nous allons immédiatement procéder au renouvellement de la confiance à notre gouvernement (par un vote) au parlement, afin de résoudre les principaux dossiers de notre pays», a déclaré le Premier ministre, après avoir accepté la démission de Panos Kammenos, principal allié de la coalition gouvernementale.

Selon l'agence de presse ANA (semi-officielle), les débats sur un vote de confiance pourraient commencer dès mardi et s'achever jeudi.

Pas de vote de confiance

Panos Kammenos, qui juge que le nom de Macédoine ne peut pas être utilisé dans un autre pays que la Grèce pour des raisons historiques, a d'ores et déjà annoncé que son petit parti souverainiste (ANEL) ne voterait pas la confiance au gouvernement, estimant que cela reviendrait à donner son aval à l'accord gréco-macédonien.

Il a suggéré qu'au moins trois députés ANEL, dont lui-même, voteraient contre l'accord gréco-macédonien du 17 juin. Le parti des Grecs indépendants (ANEL) apporte habituellement sept suffrages à Alexis Tsipras au parlement.

Faible marge

«Nous ferons tout pour bloquer la ratification de l'accord de Prespes» sur le nouveau nom de la Macédoine, a encore déclaré Panos Kammenos, lors d'une conférence de presse. Il a jugé cet accord «anticonstitutionnel» et a réclamé un référendum coïncidant avec les élections européennes en mai.

Cet accord de Prespes nécessite une approbation des députés grecs à une majorité simple. Mais Alexis Tsipras dispose d'une faible marge de manœuvre. Il pouvait compter ainsi sur 153 députés sur 300, mais c'était avant l'annonce de la démission du ministre de la Défense.

Les députés macédoniens ont accepté vendredi, à la majorité des deux tiers requise, de rebaptiser leur pays en «République de Macédoine du Nord». Il appartient désormais aux députés grecs de se prononcer sur ce nouveau nom, conformément à l'accord de Prespes conclu entre la Grèce et la Macédoine. (ats/nxp)

Créé: 13.01.2019, 14h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.