Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:55

États-Unis Uber accroît le nombre de morts sur les routes

Selon une étude de l'Université de Chicago, les sociétés de transports entre particuliers causent 2 à 3% de morts en plus dans le pays.

L'étude explique que ces services de voiturage sont responsables d'une augmentation du trafic, du nombre de véhicules et de celui des accidents.

L'étude explique que ces services de voiturage sont responsables d'une augmentation du trafic, du nombre de véhicules et de celui des accidents. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'étude que vient de publier l'Université de Chicago dévoile des chiffres inquiétants: selon elle, Uber et sa société rivale Lyft sont responsables d'une augmentation de 2 à 3% de la mortalité sur les routes aux Etats-Unis. Ce qui représente 1100 décès supplémentaires par année.

Ces entreprises contribuent en effet à accroître la circulation. Les villes où Uber et Lyft sont bien implantées ont ainsi vu s'accroître le nombre de kilomètres parcourus par des automobiles, selon le site Streetsblog qui se fait l'écho de cette étude. Ces mêmes villes ont ainsi enregistré notamment plus de morts de piétons et plus d'accidents mortels la nuit et les week-ends. De plus, ces sociétés de transport entre particuliers n'ont pas contribué à faire baisser le nombre d'accidents mortels dus à une conduite sous alcool ou stupéfiants: leur nombre est resté inchangé.

Davantage d'immatriculations

Autre conséquence relevée par l'étude: les villes où Uber et Lyft sont très présentes n'ont pas vu leur parc automobile baisser parce que certains automobilistes auraient renoncé à leur voiture pour employer ces services. Au contraire, on a recensé 3% d'immatriculations supplémentaires de véhicules neufs. Selon John Barrios, qui a dirigé l'étude, Uber et Lyft ont incité les personnes à faible revenu à acheter un véhicule afin de travailler pour elles.

Streetsblog souligne également que le trafic a augmenté car les chauffeurs de ces sociétés passent 40% à 60% de leur temps à circuler à vide car ils sont incités à rester sur la route afin d'être disponibles le plus rapidement possible. Le site explique également que les chauffeurs travaillant pour ces boîtes sont moins bien formés que les conducteurs de taxi et que leur règles sur les heures de repos sont moins strictes que celles imposées par le gouvernement pour la plupart des véhicules utilitaires.

Une étude contestée

Un porte-parole de Lyft a dénoncé une étude biaisée, arguant que beaucoup d'autres avaient montré que «le covoiturage avait au contraire permis de réduire le nombre de morts sur les routes et constituait un moyen de transport sûr dans les zones mal desservies, tout en améliorant considérablement la mobilité dans les villes.»

John Barrios a rétorqué que ces études n'avaient pas pris en compte que le nombre de morts avait en fait déjà commencé à décliner avant l'apparition de ces services de voitures par application et que ce ne sont donc pas eux qui y ont contribué, bien au contraire.

Créé: 26.10.2018, 13h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.