Lundi 18 février 2019 | Dernière mise à jour 18:47

Affaire Skripal L'UE sanctionne le chef du renseignement russe

Le chef du GRU et deux de ses adjoints, jugés responsables de l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal, ont vu leurs avoirs être gelés en Europe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Union européenne a sanctionné lundi le chef du renseignement militaire russe (GRU), son adjoint et deux agents. Bruxelles les juge responsables de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal avec le neurotoxique Novitchok en mars 2018 à Salisbury (GB).

Le Conseil des ministres de l'UE a décidé de les sanctionner par un gel de leurs avoirs dans l'Union européenne et une interdiction de voyager dans l'UE, a annoncé l'institution dans un communiqué. Les identités des personnes sanctionnées seront publiées dans le Journal officiel de l'UE.

Le GRU est dirigé par Igor Kostyukov, qui a plusieurs adjoints. Des sanctions similaires ont été imposées à l'entité syrienne responsable de la mise au point et de la fabrication d'armes chimiques, le Centre d'études et de recherches scientifiques (CERS, SSRC en anglais), ainsi qu'à cinq responsables syriens directement impliqués dans les activités du CERS.

Nouveau régime de mesures

Les neuf personnes - quatre Russes et cinq Syriens - et le Centre d'études et de recherches scientifiques sont les premières à être sanctionnées dans le cadre du nouveau régime de mesures restrictives contre l'emploi et la prolifération des armes chimiques créé le 15 octobre 2018, a précisé l'UE.

L'Union européenne s'interdit de mettre des fonds à disposition des personnes et des entités sanctionnées.

La décision du Conseil a été prise «sur des bases juridiques très fortes», a assuré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini lors d'une conférence de presse. «Cette décision contribue aux efforts déployés par l'UE pour lutter contre la prolifération et l'utilisation des armes chimiques, qui constituent une menace grave pour la sécurité internationale», précise le communiqué.

L'attaque au Novitchok commise à Salisbury est la première utilisation russe d'armes chimiques en Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale. Elle a suscité l'indignation internationale et entraîné des expulsions massives de diplomates russes par des pays occidentaux.

Menaces de Moscou

La Russie a menacé l'Union européenne de «représailles» après les nouvelles sanctions imposées par Bruxelles.

«Nous nous réservons le droit d'exercer des représailles contre cette action hostile», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

(afp/nxp)

Créé: 21.01.2019, 13h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.