Jeudi 20 juin 2019 | Dernière mise à jour 10:05

Moyen-Orient Un «acteur étatique» derrière les navires sabotés

L'enquête menée par les Emirats Arabes Unis, la Norvège et l'Arabie Saoudite ne permet toutefois pas d'incriminer l'Iran.

Le tanker A. Michel a été l'un des quatre navires endommagés.

Le tanker A. Michel a été l'un des quatre navires endommagés. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une enquête multinationale sur le sabotage le 12 mai de quatre pétroliers a conclu à la responsabilité probable d'un «acteur étatique» mais aucune preuve ne permet à ce stade de dire qu'il s'agit de l'Iran, ont indiqué jeudi les Emirats Arabes Unis.

Cette enquête a été menée par les Emirats avec le concours de l'Arabie saoudite et de la Norvège. Ses résultats préliminaires ont été présentés dans la journée aux membres du Conseil de sécurité de l'ONU lors d'une réunion informelle organisée par la mission émiratie auprès des Nations unies.

Les Etats-Unis ont accusé l'Iran d'être «très vraisemblablement» derrière ces sabotages, au moyen présumé de mines iraniennes et avec l'objectif selon eux de faire monter les prix du pétrole, alors que Washington tente d'empêcher avec des sanctions Téhéran d'exporter son pétrole. L'Iran a rejeté toute implication.

Des mines posées sur la coque

Les quatre navires - deux bateaux battant pavillon saoudien, un sous pavillon norvégien et un sous pavillon émirati - ont été endommagés par des explosions survenues dans les eaux territoriales émiraties, près du port de Fujairah.

«Bien que les investigations soient toujours en cours, il y a de fortes indications que les quatre attaques sont intervenues dans le cadre d'une opération sophistiquée et coordonnée menée par un acteur doté de fortes capacités opérationnelles, vraisemblablement un acteur étatique», souligne un communiqué conjoint des Emirats, de l'Arabie et de la Norvège.

Les premières conclusions indiquent qu'il est «très probable» que les sabotages ont été commis au moyen de mines Limpet, posées grâce à des aimants sur la coque des navires par des plongeurs ayant utilisé des vedettes rapides.

«Les investigations vont se poursuivre»

Il fallait des capacités de renseignement pour choisir les cibles alors que les navires n'étaient pas positionnés au même endroit, estiment les Emirats. Selon des diplomates, un éventuel rôle de l'Iran dans ces actes de sabotage n'a pas été évoqué lors de la réunion du Conseil de sécurité.

Pour l'ambassadeur saoudien à l'ONU, Abdallah al-Mouallimi, «l'Iran porte sur ses épaules la responsabilité des attaques». Après les sabotages, l'Arabie avait affirmé que les attaques avaient porté atteinte à la sécurité de la navigation internationale et des approvisionnements en pétrole, nécessitant des décisions du Conseil de sécurité.

«On ne doit pas se précipiter sur des conclusions», a souligné devant des journalistes l'ambassadeur russe adjoint Vladimir Safronkov, et «les investigations vont se poursuivre». Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis n'ont cessé de monter depuis le retrait unilatéral américain en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015. (afp/nxp)

Créé: 07.06.2019, 04h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde