Mardi 25 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:16

Criminalité Un journaliste radio tué par balle au Mexique

L'homme se dirigeait vers la radio communautaire qu'il avait créée à Juchitan. Il avait récemment dénoncé les autorités municipales pour détournement de fonds.

Santiago Enrique est le quatrième reporter assassiné cette année au Mexique.

Santiago Enrique est le quatrième reporter assassiné cette année au Mexique. Image: DR/ Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un journaliste mexicain, Telesforo Santiago Enriquez, qui animait une émission sur une radio communautaire, a été tué par balle dans la ville de Juchitan (sud), devenant le quatrième reporter assassiné dans ce pays depuis le début de l'année, ont annoncé vendredi les autorités et sa famille.

L'homme a été abattu jeudi après-midi lorsqu'il se dirigeait vers la station de radio El Cafetal, qu'il avait fondée. «Il a été tué par des tirs au niveau de la bouche et du coeur», a déclaré vendredi au micro de Radio Formula sa nièce Aida Valencia, qui estime que le meurtre est lié à la profession de son oncle.

«Dans ses émissions radio, Santiago Enriquez faisait part de ses analyses et critiquait le gouvernement, il avait récemment dénoncé publiquement les autorités municipales pour détournement présumé de fonds» publics, indique la commission nationale des droits de l'homme (Ombudsman) dans un communiqué.

L'annonce de ce nouvel homicide de journaliste intervient le jour même de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Telesforo Santiago Enriquez est le quatrième journaliste assassiné au Mexique depuis le début de l'année. Le 16 mars, Santiago Barroso, qui écrivait pour l'hebdomadaire en ligne Contrasena, a été tué par balle à son domicile dans l'Etat de Sonora (nord).

Le 9 février, Jesus Ramos Rodriguez, un journaliste de radio, a été tué dans l'Etat de Tabasco (est), et le 21 janvier, le directeur d'une radio communautaire, Rafael Murua, a été assassiné dans l'Etat de Basse-Californie du Sud (nord-ouest) après avoir reçu des menaces.

Le Mexique arrive au 147e rang sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF. Selon l'organisation, il s'agit d'un des pays les plus dangereux du monde pour les journalistes, au même niveau que l'Afghanistan, la Syrie ou le Yémen. En 2018, dix journalistes y ont été assassinés. La majorité de ces assassinats restent impunis.

Le gouvernement du Mexique a annoncé fin mars vouloir renforcer le mécanisme de protection des journalistes, dans un pays parmi les plus dangereux du monde pour ces professionnels. (afp/nxp)

Créé: 03.05.2019, 18h57


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.