Mercredi 16 octobre 2019 | Dernière mise à jour 18:38

Pakistan Une explosion fait plusieurs morts

Lahore, la deuxième ville du Pakistan, a été le théâtre d'une sanglante explosion, mercredi. Le bilan continue d'évoluer.

La télévision publique a diffusé des images de véhicules endommagés.

La télévision publique a diffusé des images de véhicules endommagés. Image: DR/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une explosion près d'un mausolée soufi a fait au moins cinq morts et 24 blessés à Lahore (est), la deuxième ville du Pakistan, au deuxième jour du ramadan, a-t-on appris mercredi auprès des autorités.

L'explosion s'est produite dans une zone fréquentée de la ville, près de l'entrée réservée aux femmes d'un mausolée soufi du XIe siècle, un des plus grands d'Asie du sud. Le mausolée Data Darbar, où se déroulent de nombreux festivals soufis, avait déjà été en 2010 la cible d'une attaque de kamikazes qui avaient tué 40 personnes.

Selon Muhammad Ashfaq, un cadre de la police du Pendjab, dont Lahore est la capitale, cinq personnes sont mortes dans l'explosion: trois policiers, un agent de sécurité et un civil. Une enquête est en cours pour en déterminer l'origine de l'explosion, a-t-il poursuivi lors d'une conférence de presse.

La ministre de la Santé du Pendjab, Yasmin Rashid, a confirmé ce bilan. «Il s'agissait apparemment d'un attentat-suicide visant un véhicule de responsables sécuritaires», a déclaré à l'AFP Muhammad Kashif, un cadre de la police locale.«Nous essayons d'avoir plus de détails depuis le lieu» de l'explosion, a-t-il poursuivi. Un autre cadre de la police, sous couvert d'anonymat, a confirmé qu'un véhicule des forces de sécurité avait été la cible de l'attaque.

«Plus de détails»

La télévision publique (PTV) a montré des images de véhicules endommagés et de personnels de secours à l'oeuvre sur les lieux de l'incident.

Les soufis, qui suivent un courant mystique de l'islam, ont souvent été la cible d'extrémistes, dont le groupe Etat islamique, au Pakistan. Ceux-ci considèrent certains rites soufis comme non islamiques.

Après l'attentat de 2010, la sécurité a été fortement renforcée autour de Data Darbar, les visiteurs devant passer plusieurs contrôles avant de pouvoir y pénétrer.

Data Darbar contient le mausolée de Syed Ali bin Osman Al-Hajvery, plus connu sous le nom de Data Ganj Bakhsh. Originaire d'Afghanistan, il était un des prédicateurs soufis les plus populaires du sous-continent.

Des dizaines de milliers de pèlerins visitent le sanctuaire chaque printemps pour marquer l'anniversaire de sa mort. Des fidèles y écoutent également toutes les semaines du qawali, forme populaire de musique religieuse.

La lutte contre l'extrémisme s'est intensifiée au Pakistan après l'attaque d'une école de Peshawar (nord-ouest) en 2014 qui avait fait plus de 150 morts, pour la plupart des enfants.

Depuis lors, la sécurité s'est considérablement améliorée. Mais les groupes extrémistes conservent la capacité de mener des attaques spectaculaires.

Les grands centres urbains comme Lahore, la deuxième plus grande ville du Pakistan et la capitale provinciale de sa province la plus riche, le Pendjab, ne sont pas épargnés. Une attaque à Lahore en mars 2018 avait fait neuf morts, tandis qu'une importante explosion visant des chrétiens célébrant Pâques dans un parc de cette ville avait tué plus de 70 personnes en 2016. (afp/nxp)

Créé: 08.05.2019, 07h13


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.