Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:47

Londres Une tête de Toutankhamon aux enchères, l'Egypte crie au vol

Un portrait sculpté du pharaon est mis aux enchères jeudi à Londres, malgré la colère du Caire qui considère l'oeuvre volée et exige sa restitution.

La sculpture aurait «quitté l'Egypte dans les années 1970 parce qu'à cette époque, d'autres objets anciens de même nature ont été volés», estime un ancien ministre.

La sculpture aurait «quitté l'Egypte dans les années 1970 parce qu'à cette époque, d'autres objets anciens de même nature ont été volés», estime un ancien ministre. Image: HO / AFP / CHRISTIE'S AUCTION HOUSE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'objet du courroux? Une tête en quartzite brun de 28,5 cm de haut, vieille de plus de 3000 ans. Estimée à plus de 4 millions de livres sterling (4,5 millions d'euros), elle représente le dieu Amon sous les traits de «l'enfant pharaon», qui a accédé au trône à neuf ans. On y reconnaît sa bouche charnue, ses yeux en amande et ses pommettes hautes.

Une oeuvre datant de la période amarnienne dont la vente, prévue à 16H30 GMT, a déclenché la furie de l'Egypte, qui a réclamé en vain à la maison d'enchères londonienne d'y renoncer.

Certificats d'acquisition

Dans un communiqué, le ministère égyptien des Affaires étrangères et des Antiquités a regretté que Christie's ait organisé mercredi une première vente de pièces égyptiennes malgré «les demandes égyptiennes légitimes ces dernières semaines», notamment concernant l'obtention des certificats d'acquisition des œuvres.

L'ambassade d'Egypte au Royaume-Uni «est désolée que la salle des ventes envisage de conduire une nouvelle vente avec des artefacts égyptiens, dont la tête de Toutankhamon, sans s'assurer de (l'obtention) des papiers» nécessaires à la vente, ajoute le ministère.

Christie's a assuré de son côté avoir «effectué des contrôles approfondis afin de vérifier la provenance et le statut légal de l'objet». «L'objet n'est pas et n'a pas été l'objet d'une enquête et aucune préoccupation n'a jamais été soulevée à son sujet, bien que son existence soit largement connue et qu'il ait été exposé publiquement», fait valoir la maison d'enchères.

«Fausses informations»?

L'ancien ministre égyptien des Antiquités, Zahi Hawass, estime que la sculpture a «quitté l'Egypte dans les années 1970 parce qu'à cette époque, d'autres objets anciens de même nature ont été volés au temple de Karnak», à Louxor, a-t-il expliqué à l'AFP. «Les propriétaires ont fourni de fausses informations», avance ce célèbre archéologue égyptien.

Le buste de Toutankhamon avait été acheté en 1985 à Heinz Herzer, un marchand d'art de Munich. Il était auparavant aux mains de Joseph Messina, un Autrichien qui l'avait acquis vers 1973-1974 auprès du prince Wilhelm von Thurn und Taxis, lequel l'aurait eu en sa possession depuis les années 1960, a retracé Christie's.

Toutefois, le fils et la nièce de Wilhelm von Thurn und Taxis, Viktor et Daria, ont déclaré au site Live Science ne pas se rappeler de l'existence de cette pièce. Wilhelm von Thurn und Taxis n'«était pas une personne très intéressée par l'art», a ajouté sa nièce.

Des déclarations qui ajoutent de l'eau au moulin de l'Egypte qui se bat depuis des années pour obtenir la restitution d’œuvres d'art volées. (afp/Le Matin)

Créé: 04.07.2019, 18h10

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde