Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 16:55

Liban Unis dans la rue contre la classe politique

Les Libanais étaient des milliers dimanche à réclamer dans la rue le départ d'une classe politique accusée d'incompétence et de corruption.

Dimanche, jour de repos, a été propice à la mobilisation, à la veille de l'expiration d'un ultimatum fixé par le Premier ministre Saad Hariri à son propre gouvernement.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De Beyrouth à la ville à majorité sunnite de Tripoli, dans le nord, en passant par les localités chiites du sud et les villes druzes ou chrétiennes de l'est, de nombreux Libanais ont défilé dans un élan exceptionnel d'unité pour exprimer leur ras-le-bol, au 4e jour d'un mouvement qui paralyse le pays. Cette mobilisation inédite devrait conduire le gouvernement à annoncer lundi la mise en oeuvre de réformes longtemps attendues.

Marée humaine

Dimanche soir, une marée humaine a envahi le centre de la capitale, la place des Martyrs et tous ses environs résonnant des chants et des slogans des manifestants, sous une nuée de drapeaux libanais.

Dans tout le pays, des foules compactes ont repris des slogans du Printemps arabe : «Révolution, révolution» ou «le peuple veut la chute du régime». «Je suis venu aujourd'hui, j'étais là hier et je serai là demain car je veux que ce pays ait un avenir», explique Mustapha, un manifestant beyrouthin.

Jour de repos, dimanche a été propice à la mobilisation, à la veille de l'expiration d'un ultimatum fixé par le Premier ministre Saad Hariri à son propre gouvernement. Son but : obtenir l'approbation des membres de sa coalition pour un vaste plan de réformes jusque-là bloqué par les divisions politiques.

Les principaux dirigeants ont répondu dimanche à cet ultimatum, acceptant notamment de ne plus imposer de nouveaux impôts et un programme de privatisations, a indiqué à l'AFP un responsable du gouvernement sous couvert de l'anonymat. Un conseil des ministres devrait endosser formellement ce plan lundi matin, en présence du président Michel Aoun.

«Des voyous»

Le mouvement --qui paralyse le pays avec la fermeture des banques, des institutions publiques et de nombreux magasins-- a été déclenché par l'annonce jeudi d'une nouvelle taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet comme WhatsApp.

Le discours télévisé du lendemain de M. Hariri a été largement interprété par les manifestants comme une tentative de sauver in extremis la classe politique huée dans la rue pour sa corruption et son incapacité à conduire des réformes dans un pays aux infrastructures déliquescentes.

Dimanche, de nouveaux slogans sont apparus sur les murs de Beyrouth: «Le Liban est au peuple», «La patrie pour les riches, le patriotisme pour les pauvres».

«Tous des voleurs»

Zalfa Aboukaïs, une employée de 27 ans, «manifeste contre les voyous au pouvoir depuis 30 ans» et la fin de la guerre civile en 1990. Elle a écrit le nom de députés libanais sur des bouts de papier qu'elle accroche patiemment sur les barbelés installés par les forces de l'ordre pour contenir la foule. «Tous des voleurs», cingle-t-elle.

Allié de M. Hariri, le parti chrétien des Forces Libanaises a annoncé samedi la démission de ses quatre ministres au gouvernement, une initiative accueillie dans la liesse par les manifestants. Mais le slogan «Tous veut dire Tous» avait été aussitôt crié par la foule, pour exiger le renouvellement de toute la classe politique, y compris donc du côté du président Aoun et de ses alliés du Hezbollah.

Les craintes d'une dévaluation, pour la première fois en 22 ans, de la livre libanaise, synonyme d'un nouvel appauvrissement dans une économie dollarisée, avaient déjà fait monter la colère de la population ces dernières semaines.

Musique, danse et chants

Après des incidents violents et des actes de vandalisme dans le centre de la capitale dans la nuit de vendredi à samedi, une ambiance joyeuse et bon enfant a pris le dessus. A Beyrouth, on fumait dimanche la chicha et on jouait aux cartes dans la rue. Certains accompagnaient les slogans avec des instruments de musique.

A Tripoli, une ville pourtant conservatrice, la foule massée place al-Nour a dansé tard samedi soir au rythme d'une musique diffusée par un DJ via des haut-parleurs. Fait marquant, la contestation a aussi gagné des fiefs du Hezbollah et du mouvement Amal, dans le sud du pays.

Dans la ville de Tyr (sud), les pêcheurs ont manifesté dans leurs barques en brandissant des drapeaux libanais alors que la foule les suivait en défilant sur le port. lar-bek-rh-feb/phv/mdz (afp/nxp)

Créé: 20.10.2019, 22h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.