Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 10:16

Etats-Unis USA: un hacker chinois inculpé pour piratage

Fujie Wang, membre d'un groupe de pirates informatiques ayant visé 78 millions de clients d'une société d'assurance-santé en 2015, a été inculpé aux Etats-Unis.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Wiki Commons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ressortissant chinois a été inculpé aux Etats-Unis pour sa participation à un piratage informatique ayant permis de voler les données personnelles de plus de 78 millions de clients d'une société d'assurance-santé en 2015, a annoncé jeudi le ministère américain de la Justice.

Basé à Shenzen (Chine), Fujie Wang, 32 ans, fait partie d'un groupe de pirates chinois «extrêmement sophistiqué», qui s'est attaqué à partir de 2014 à quatre sociétés américaines, dont l'assureur-santé Anthem, pour soutirer des données personnelles.

L'annonce de son inculpation intervient dans un contexte de tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Washington est engagé depuis plusieurs mois dans une guerre commerciale avec Pékin, qu'il accuse de tenter de voler les secrets industriels de sociétés américaines pour accélérer son développement technologique.

«L'un des pires vols de données de l'histoire»

Le ministère de la Justice n'a pas indiqué si le groupe avait des liens avec le gouvernement chinois, ni comment il a utilisé les données volées. «Ce groupe de pirates effrontés basé en Chine a commis l'un des pires vols de données de l'histoire», a affirmé le procureur adjoint de l'Indiana, Brian Benczkowski, cité dans un communiqué.

Un autre membre présumé du groupe, présenté sous le pseudonyme de John Doe, a également été inculpé. Le groupe est accusé de s'être introduit dans les systèmes informatiques d'Anthem, dont le siège est à Indianapolis, grâce à des méthodes d'hameçonnage «sur mesure».

Après avoir installé des logiciels malveillants, les pirates ont pu s'approprier les informations personnelles d'environ 78,8 millions de clients archivées par l'assureur (nom, date de naissance, numéro d'assurance-santé, fiche de salaire...). Ils auraient ensuite transféré ces données en Chine avant de tenter de supprimer les archives de la société pour cacher leurs traces.

Piratage «hautement sophistiqué et à grande échelle»

Selon le FBI, chargé de l'enquête, les sociétés victimes des pirates ont rapidement signalé des activités malveillantes, permettant aux enquêteurs d'identifier les auteurs de ce piratage «hautement sophistiqué et à grande échelle».

Outre Anthem, trois autres sociétés non identifiées mais spécialisées dans la technologie, la communication et l'industrie, ont été attaquées entre février 2014 et janvier 2015. «Les accusés ont parfois attendu patiemment plusieurs mois avant de poursuivre leur action, avant de faire des reconnaissances en fouillant dans les réseaux pour trouver des données intéressantes», explique le ministère de la Justice.

Les deux pirates présumés, ainsi que le reste du groupe dont les membres ne sont pas identifiés, sont notamment accusés de fraude en réunion et de vol d'identité.

Les Etats-Unis dénoncent régulièrement les «violations du droit de propriété intellectuelle» subies par les entreprises américaines en Chine et surveillent les sociétés hightech chinoises, invoquant la sécurité nationale. Fin 2018, la justice américaine avait inculpé une société contrôlée par le gouvernement chinois pour avoir tenté de voler des secrets industriels du fabricant américain de semi-conducteurs Micron Technology. (afp/nxp)

Créé: 09.05.2019, 23h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.