Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:02

Pakistan Vacciner au péril de sa vie

Trois membres d'équipes pakistanaises de vaccinations contre la polio ont été tués. Ils ont été attaqués suite aux fausses rumeurs sur la nocivité de ce vaccin.

La poliomyélite est endémique dans le pays.

La poliomyélite est endémique dans le pays. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les vaccinateurs anti-polio du Pakistan ont reçu l'ordre d'être vigilants jeudi après un mouvement de panique né de rumeurs sur le vaccin lundi, suivi d'une série d'attaques contre des équipes de vaccination qui ont fait trois morts.

La dernière victime, une vaccinatrice, a été tuée par balles jeudi dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), a déclaré à l'AFP Attaullah Shah, le chef de la police du district de Chaman, frontalier de l'Afghanistan, ajoutant qu'une autre vaccinatrice avait été blessée.

Babar Atta, en charge du programme anti-polio pour le Premier ministre Imran Khan, a regretté sur Twitter «une tragédie» après la mort d'une «femme courageuse». Deux policiers encadrant des agents vaccinateurs avaient déjà été tués dans le nord-ouest du Pakistan plus tôt cette semaine.

Les autorités ont demandé aux équipes de vaccinateurs d'être «vigilantes» du fait de cette flambée de violence, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires. Lundi, quelque 25'000 enfants avaient été transportés d'urgence dans des hôpitaux du Nord-Ouest après de fausses rumeurs faisant état de réactions à un vaccin contre la poliomyélite.

D'après des responsables, des dizaines de vaccinateurs ont été battus ou harcelés du fait de ce mouvement de panique. Un centre de santé a également été incendié, sans faire de victimes.

Manque de confiance

La suspicion persistante à l'égard du vaccin anti-polio au Pakistan a été nourrie par des vidéos anti-vaccination sur les réseaux sociaux.

Elle s'est aussi accrue ces dernières années depuis que la CIA (renseignements américains) a organisé une fausse campagne de vaccination pour retrouver le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, tué en 2011 par des forces américaines dans la ville de garnison pakistanaise d'Abbottabad. «Nous avons un problème de communication, c'est un problème de méfiance», a déclaré Babar Atta.

Au moins 260'000 agents de santé participent à la campagne de vaccination et environ 150'000 policiers escortent ces équipes, a-t-il estimé. Des centaines de milliers d'enfants pourraient toutefois ne pas être vaccinés pendant la campagne actuelle. «Il y a un grave manque de confiance parmi les parents», a-t-il insisté.

La polio n'est endémique que dans trois pays du monde: le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigeria. Une souche relativement rare a également été détectée en Papouasie-Nouvelle-Guinée à la fin de l'année dernière. (afp/nxp)

Créé: 25.04.2019, 13h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.