Mercredi 20 septembre 2017 | Dernière mise à jour 21:52

Témoignage «Les vagues faisaient plus de 10 m»

Un Vaudois de 53 ans a vécu le cyclone de l’intérieur lors de son passage au-dessus de Cuba.

Cette photo prise à La Havane au lendemain de l’ouragan témoignent de la violence de l’événement.

Cette photo prise à La Havane au lendemain de l’ouragan témoignent de la violence de l’événement. Image: Jean-Marc Brandenberger

«J'ai vu des Cubains dans les rues inondées, la tête juste hors de l'eau» raconte Jean-Marc Brandenberger.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Avant de partir (ndlr: en début de semaine passée), j’avais demandé à Air France si les vols pour Cuba étaient assurés malgré l’approche du cyclone. La compagnie m’avait répondu qu’il n’y avait rien à signaler…» Directeur marketing auprès du groupe vaudois de restauration collective Eldora, Jean-Marc Brandenberger (53 ans) se trouve à La Havane depuis mercredi dernier. «J’avais réservé mes billets il y a dix jours, à partir d’une promotion flash. L’opportunité pour moi de découvrir cette île en 4 jours», raconte le cadre lausannois. «Le vol retour était prévu dimanche…»

Le soir de son arrivée, en regardant la télévision nationale depuis sa chambre de l’emblématique Hôtel Nacional – bâtisse de 1930, classée héritage culturel par l’Unesco, au nord de la capitale –, le quinquagénaire a dû se rendre à l’évidence: «Irma» n’allait pas épargner Cuba. «Le vendredi matin, alors que je partais visiter la vieille ville, je voyais les commerçants clouer des planches ou coller du scotch contre toutes les vitrines. Même dans les plus petites rues. Il faisait beau jusque vers 14 h. Quand je suis sorti du restaurant, la ville s’était vidée. Il s’est mis à pleuvoir extrêmement fort. Devant les épiceries, des files d’attente s’étaient formées pour acheter de l’eau, du beurre ou des œufs.»

Vers 18 h, Jean-Marc Brandenberger quitte à nouveau l’Hôtel Nacional pour prendre la mesure de l’ouragan. «Le vent s’était encore renforcé – entre 180 et 195 km/h –, c’était incroyable, j’avais de la peine à marcher jusqu’à la plage. Les vagues faisaient plus de 10 mètres de haut et la route principale était complètement inondée. C’était vraiment impressionnant.» Prié par la police de faire demi-tour, le Vaudois n’était pas rassuré. «J’ai vraiment eu peur quand des tôles métalliques en provenance d’un parking ont commencé à voler à proximité.» Dans les rues avoisinantes, des Cubains étaient littéralement assis dans l’eau. «On ne distinguait plus que leur tête.»

La soirée et la nuit ont été rythmées par des coupures d’électricité incessantes, toutes les 10 minutes. Les clients de l’hôtel, complètement barricadé, sont restés cloîtrés près de 40 heures, jusqu’à dimanche midi.

Bien que le soleil a fait son grand retour, hier, les commerces et restaurants de La Havane étaient encore fermés, les bancomats hors service, de même que les chaînes de la télévision d’État. (Le Matin)

Créé: 12.09.2017, 06h30


Sondage

Etes-vous satisfait par l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.