Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:57

Prêtres pédophiles Le Vatican attaqué par des victimes américaines

Cinq Américains veulent obliger le Vatican à divulguer les noms de tous les membres du clergé soupçonnés d'abus sexuels.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Un «programme de compensation» pour les mineurs abusés

Six diocèses de Californie, dont celui de Los Angeles, ont annoncé mardi la création d'un «programme de compensation» destiné aux mineurs qui ont été victimes d'abus sexuels de la part de membres du clergé, mais uniquement comme alternative aux procédures en justice.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinq Américains, victimes de prêtres pédophiles, ont porté plainte mardi contre le Vatican pour l'obliger à divulguer les noms et les dossiers de tous les membres du clergé soupçonnés d'abus sexuels conservés dans ses archives. Ils réclament que le Vatican «fasse le nettoyage», selon leur avocat.

Ces cinq hommes «ont souffert à cause de la politique et de la pratique du Saint-Siège qui consiste à ne pas saisir les autorités en cas de soupçons d'agression sur un enfant et à imposer le secret à ses agents», selon la plainte déposée devant un tribunal fédéral du Minnesota.

Trois d'entre eux, alors adolescents, ont été agressés à plusieurs reprises par un prêtre, arrêté en 2012 à la suite de l'intervention de leur mère. L'homme a été condamné à cinq ans de prison. Un archevêque, soupçonné de l'avoir couvert, a été poussé à la démission en 2015.

Aujourd'hui, «ils ne veulent pas d'argent, mais réclament que le Vatican fasse le nettoyage» et «révèle ses secrets», a assuré leur avocat, déjà l'origine de quatre plaintes contre le Vatican.

«Pas au-dessus de nous»

Deux autres plaignants ont retiré leur plainte pour s'associer à celle des trois frères. L'un d'eux, âgé de 51 ans, a assuré avoir été agressé dans les années 1970 par un prêtre ayant fait l'objet de signalements tenus secrets par l'Eglise. «Je poursuis le pape et le Vatican parce que cela doit s'arrêter. Ils ne sont pas au-dessus de nous», a-t-il déclaré.

Le dernier, âgé de 53 ans, s'est présenté comme l'une des trente victimes d'un curé mexicain qui, selon lui, a été autorisé par sa hiérarchie à rentrer dans son pays dès les premières dénonciations. Aujourd'hui, «il est peut-être encore en exercice, dangereux», a-t-il craint.

Aux Etats-Unis comme ailleurs, l'Eglise catholique traverse une profonde crise de confiance en raison des révélations d'agressions sexuelles, notamment sur des mineurs, commis depuis des décennies par des prêtres, longtemps couverts par leur hiérarchie. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2019, 00h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.