Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:37

Attentat de Trèbes Vegan condamnée pour «apologie du terrorisme»

Une militante de la cause animale a écopé de sept mois avec sursis pour avoir loué la mort du boucher survenue à Trèbes (F).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une militante de la cause animale, qui avait publié un message injurieux à l'égard d'un boucher tué dans les attentats de vendredi dans le sud-ouest de la France, a été condamnée jeudi à sept mois de prison avec sursis pour «apologie du terrorisme», a-t-on appris de source judiciaire.

La procureure de la République de Saint-Gaudens, près de Toulouse (sud-ouest), Cécile Deprade, a indiqué à l'AFP avoir requis une peine de «six à huit mois de prison avec sursis», lors de l'audience devant le tribunal correctionnel dans le cadre de la procédure de la comparution immédiate.

«Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice», avait publié la militante «vegan» sur Facebook, trois jours après la mort dans la localité de Trèbes du boucher du supermarché Super U, Christian Medves, une des quatre victimes du djihadiste, Radouane Lakdim. Le message avait ensuite été retiré.

Philosophie de vie

Dans son réquisitoire, la magistrate a expliqué que c'était le droit de la prévenue d'avoir une philosophie de vie particulière, mais qu'elle ne pouvait oublier qu'elle vivait dans un Etat de droit avec des règles qui s'appliquent à tout le monde.

Mme Deprade a notamment insisté sur la notion d'apologie du terrorisme, s'appuyant notamment sur la circulaire de l'ancienne ministre française de la Justice Christiane Taubira de janvier 2015, dont elle a lu le texte à l'audience.

Dans cette circulaire, Christiane Taubira définit «l'apologie» par «un commentaire des actes de terrorisme en portant sur eux un jugement moral favorable», a expliqué la procureure.

Le texte «en lui-même» de la militante vegan, «c'est exactement ça», a-t-elle souligné. Ce message avait entraîné des réactions virulentes à la veille des obsèques des quatre victimes des attentats, célébrées dans les villes de Trèbes et Carcassonne (sud-ouest). Le chef boucher du Super U, 50 ans, marié et père de deux filles, avait été le premier à être assassiné dans le supermarché, quand le djihadiste, se réclamant du groupe Etat islamique (EI) avait fait irruption dans le magasin le 23 mars. (afp/nxp)

Créé: 29.03.2018, 18h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.