Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 00:03

Affaire Khashoggi Pas de ventes d'armes allemandes à Ryad

L'Allemagne n'autorisera pas d'exportations d'armes vers l'Arabie saoudite, a déclaré Angela Merkel. Tant que la mort de Khashoggi n'aura pas été élucidée.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Allemagne n'autorisera pas en l'état d'exportations d'armes vers l'Arabie saoudite, a prévenu dimanche soir la chancelière Angela Merkel. Une décision prise compte tenu de l'incertitude qui demeure autour de la mort du journaliste Jamal Khashoggi.

«Je suis d'accord avec tous ceux qui disent que les exportations d'armes ne peuvent pas intervenir dans la situation où nous nous trouvons, même si ces ventes sont d'ampleur limitée», a-t-elle déclaré à la presse à Berlin au siège de son parti de centre-droit (CDU).

«Il y a encore des choses qui doivent être éclaircies de manière urgente» par les autorités saoudiennes car «tout n'a pas été dévoilé», a-t-elle ajouté. Elle a condamné «avec la plus grande fermeté» la mort du journaliste saoudien.

L'Allemagne a autorisé entre janvier et fin septembre de cette année 416,4 millions d'euros (477 millions de francs) d'exportations d'armes vers l'Arabie Saoudite. Ce pays n'est devancé sur la liste que par l'Algérie avec 741,3 millions d'euros.

Réexamen des relations avec Ryad

Depuis l'entrée en fonction en mars du nouveau gouvernement de coalition d'Angela Merkel entre conservateurs et sociaux-démocrates, le montant est de 254 millions d'euros, ce qui suscite des tensions en son sein.

L'accord de coalition prévoyait en effet un arrêt des ventes d'armes vers les pays impliqués dans des conflits militaires, ce qui est le cas de l'Arabie Saoudite au Yémen. Le feu vert donné malgré tout aux exportations vers Ryad a provoqué des protestations du partenaire social-démocrate de la coalition. Les ventes ont porté notamment sur des systèmes de surveillance radar pour l'artillerie.

L'affaire de la disparition de M. Khashoggi, exilé aux Etats-Unis depuis 2017 après être tombé en disgrâce auprès du pouvoir saoudien, a relancé le débat en Allemagne sur un réexamen en profondeur des relations bilatérales entre Berlin et Ryad. Mme Merkel a prévenu dimanche soir que des «discussions» seraient menées au plan international sur «des réactions» à apporter.

Berlin interpelle l'Europe

Le ministre allemand de l'Economie a appelé lundi les Européens à suspendre tout nouveau contrat d'armement avec l'Arabie saoudite tant qu'elle n'aura pas fait la lumière sur la mort du journaliste Jamal Khashoggi.

«Ce n'est que si tous les pays européens se mettent d'accord que cela impressionnera le gouvernement de Ryad», a affirmé Peter Altmaier sur la chaîne allemande ZDF, précisant que «les explications apportées» jusqu'ici par l'Arabie saoudite n'étaient pas «satisfaisantes».

«Il n'y a aucun effet positif si nous restons les seuls à arrêter les exportations et si en même temps d'autres pays comblent le trou», a-t-il expliqué. (ats/nxp)

Créé: 21.10.2018, 21h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.