Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:07

Drame Etats-Unis: quatre morts après une fusillade lors d'un festival

Une fusillade a éclaté lors d'un festival gastronomique au sud de San Francisco dimanche. Il y a au moins quatre morts, dont le tireur.

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins trois personnes sont mortes dimanche et quinze autres ont été blessées lorsqu'un tireur a ouvert le feu lors d'un festival de gastronomie à Gilroy (Californie), au sud de San Francisco.

Le tireur, lui, a été abattu peu après le début de la fusillade, selon la police. La fusillade a eu lieu durant le Festival de l'ail de Gilroy, une ville à une cinquantaine de kilomètres au sud de San José.

«Des policiers étaient dans les parages et ont repéré en moins d'une minute le suspect, qui a été visé et tué», a déclaré à la presse le chef de la police locale Scot Smithee, selon lequel des recherches restaient en cours pour retrouver un éventuel complice. Les forces de l'ordre «sont sur le site de la fusillade à Gilroy, Californie. Les rapports indiquent que le tireur n'a pas encore été arrêté», avait tweeté peu auparavant le président américain Donald Trump.

Des images de la chaîne de télévision NBC News ont montré des festivaliers en train de courir alors que des coups de feu retentissaient au Festival de l'ail de Gilroy, l'un des plus importants festivals de gastronomie du pays.

La chaîne a également rapporté le témoignage d'une femme, Julissa Contreras, qui dit avoir vu un homme blanc d'une trentaine d'années ouvrir le feu avec un fusil. «Je pouvais le voir tirer dans toutes les directions. Il ne visait personne en particulier. C'était juste de gauche à droite, de droite à gauche», a raconté Julissa Contreras, citée par NBC News. «Il était manifestement préparé pour ce qu'il faisait», a-t-elle estimé.

«Violence insensée»

Un technicien, Shawn Viaggi, qui se trouvait près de la scène du festival, s'est jeté au sol après avoir entendu de «fortes détonations», a-t-il raconté au journal San José Mercury News. «J'ai crié: «C'est une vraie arme, partons d'ici», et on s'est cachés sous la scène.»

«Nous étions en train de partir et nous avons vu un gars avec un foulard enroulé autour de sa jambe parce qu'il avait été touché. Et il y avait des gens au sol qui pleuraient», a relaté Evenny Reyes, 13 ans, au San José Mercury News.

«Il y avait un petit enfant blessé, au sol. Des gens jetaient des tables et coupaient des clôtures pour sortir», a-t-elle ajouté.

«Violence insensée»

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a déploré un événement «horrible». «Cette nuit, la Californie est au côté de Gilroy. Mon cabinet suit la situation de près», a-t-il tweeté. «Reconnaissant envers les efforts des policiers et leur travail continu alors que la situation se développe», a-t-il ajouté.

La sénatrice californienne Kamala Harris, candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, a déploré dans un tweet une «violence insensée». Le maire de San José, Sam Liccardo, a tweeté «Prions pour les vies» des personnes blessées lors de la fusillade. «Nous continuerons à soutenir nos voisins par tous les moyens.»

Les États-Unis sont régulièrement endeuillés par des fusillades de ce type. Le droit de détenir une arme est garanti dans le pays par le deuxième amendement à la Constitution. Le Festival de l'ail de Gilroy s'achevait dimanche. (afp/nxp)

Créé: 29.07.2019, 08h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.