Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Royaume-Uni La vie d'Assange est «en danger» selon l'ONU

Le rapporteur de l'ONU sur la torture estime que le traitement en détention de Julian Assange «pourrait bientôt lui coûter la vie».

Julian Assange a été mis en détention par la police britannique en avril 2019.

Julian Assange a été mis en détention par la police britannique en avril 2019. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le traitement infligé à Julian Assange met sa vie «en danger», a estimé vendredi Nils Melzer, le rapporteur de l'ONU sur la torture. L'Australien est accusé d'espionnage par Washington et menacé d'extradition vers les Etats-Unis.

Dans un communiqué, Nils Melzer a exprimé son «inquiétude face à la détérioration continue de la santé de Julian Assange depuis son arrestation et sa détention au début de cette année», affirmant que «sa vie était désormais en danger».

«A moins que le Royaume-Uni ne change d'urgence de cap et n'améliore sa situation inhumaine, l'exposition continue de M. Assange à l'arbitraire et aux violations de ses droits pourrait bientôt lui coûter la vie», a-t-il déclaré.

Isolement prolongé

M. Melzer a précisé à l'AFP que son inquiétude actuelle était liée à de «nouvelles informations médicales transmises par plusieurs sources fiables affirmant que la santé de M. Assange est entrée dans un cercle vicieux d'anxiété, de stress et d'impuissance, typique des personnes exposées à un isolement prolongé et à un arbitraire constant».

«Bien qu'il soit difficile de prédire avec certitude l'évolution précise de ces symptômes, ceux-ci peuvent rapidement se transformer en une situation mettant la vie en danger, impliquant un arrêt cardiaque ou une dépression nerveuse», a fait valoir le rapporteur.

Cet expert indépendant de l'ONU et professeur de droit international avait rendu visite en mai, accompagné de médecins, au fondateur australien de WikiLeaks dans sa prison londonienne, un mois après son arrestation par la police britannique à l'ambassade d'Equateur.

A la suite de cette visite, M. Melzer avait affirmé que Julian Assange avait été victime de «maux physiques» et présentait «tous les symptômes typiques d'une exposition prolongée à la torture psychologique, une anxiété chronique et des traumatismes psychologiques intenses».

«Oppression»

M. Assange «continue d'être détenu dans des conditions d'oppression et d'isolement et de surveillance, non justifiées par son statut de détenu», a relevé vendredi le rapporteur.

Le 21 octobre, l'Australien de 48 ans est apparu désorienté au cours de sa première apparition en public en six mois, bredouillant pendant une audience à Londres et semblant avoir des difficultés à se rappeler sa date de naissance. A la fin de l'audience, il avait déclaré ne pas savoir ce qui s'était passé et s'était plaint de ses conditions de détention à la prison londonienne de haute sécurité de Belmarsh.

En 2012, Julian Assange, qui faisait l'objet de poursuites en Suède pour viol, s'était réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres pour éviter d'être extradé vers la Suède ou vers les Etats-Unis, en raison de la diffusion de documents secrets américains par son site internet.

Après sept années passées dans la représentation diplomatique, il en avait été délogé par la police britannique le 11 avril, avec l'accord de Quito.

Il avait été immédiatement placé en détention puis condamné à une peine de 50 semaines de prison le 1er mai pour violation des conditions de sa liberté provisoire.

Jusqu'à 175 ans de prison

Julian Assange encourt une peine allant jusqu'à 175 ans d'emprisonnement aux Etats-Unis, qui lui reprochent d'avoir mis en danger certaines de leurs sources au moment de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250'000 câbles diplomatiques et d'environ 500'000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Fin mai, la justice américaine a ajouté plusieurs chefs à son acte d'inculpation, dont la plupart portent sur des violations des lois contre l'espionnage, ce qui a suscité les critiques des défenseurs de la liberté de la presse. (ats/nxp)

Créé: 01.11.2019, 17h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.