Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:09

INDE Viol collectif: une bombe trouvée près d'un suspect

La police indienne a arrêté mardi à New Delhi un homme qui tentait de cacher une bombe près du domicile de l'un des auteurs présumés du viol collectif perpétré dans la capitale indienne.

Des Indiens réunis pour une marche silencieuse en hommage à l'étudiante victime d'un viol collectif, le 1er janvier 2013 à New Delhi.

Des Indiens réunis pour une marche silencieuse en hommage à l'étudiante victime d'un viol collectif, le 1er janvier 2013 à New Delhi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'engin de mauvaise qualité, dissimulé par cet homme de 37 ans, était bourré d'explosifs généralement utilisés pour les pétards, a indiqué un policier.

La colère contre le sexisme, la misogynie, ainsi que les violences faites aux femmes en toute impunité dans ce pays, a ainsi rejailli sur Yo Yo Honey Singh, un rappeur indien trônant au hit-parade, et réputé pour ses chansons à la sexualité implicite.

Son titre "Prostituée" fait allusion à une relation sexuelle violente qu'il aurait eue avec une femme après l'avoir forcée à "danser nue". Il chante: "tu vas crier et courir, mais où peux-tu aller... Je t'ôterai la vie". Le concert du rappeur, prévu pour le Nouvel An à New Delhi, a été annulé.

La nature particulièrement violente de l'attaque le 16 décembre, contre l'étudiante en kinésithérapie de 23 ans, décédée samedi soir à l'hôpital Mount Elizabeth de Singapour où elle avait été transférée, a fait exploser la colère jusque-là contenue en Inde contre les violences et viols commis en toute impunité dans ce pays.

De vastes manifestations ont été organisées, non seulement en Inde, mais aussi à Hong Kong, Islamabad (Pakistan), à Londres (Royaume-Uni) et Katmandou (Népal).

Devant cette vague d'indignation et de condamnations internationales, le Premier ministre Manmohan Singh s'est engagé à alourdir les peines prévues pour les auteurs de crimes sexuels. Un panel d'experts dirigé par un ancien président de la Cour suprême a été mis en place dans cet objectif.

(afp/nxp)

Créé: 01.01.2013, 18h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.